Aller au contenu

Ergothérapeute

L’ergothérapeute s’adresse à des personnes présentant, de façon déclarée ou potentielle, une déficience, un dysfonctionnement, une incapacité ou un handicap de nature somatique, psychique, intellectuelle, ou sensorielle, et créant une désadaptation ou une altération des fonctions.

Selon la situation, l’ergothérapeute aide les personnes à retrouver les habiletés et capacités nécessaires à leurs activités ou leur enseigne des moyens de « faire autrement ». Il peut également proposer des adaptations de leur équipement et recommander des changements dans leur environnement. L’ergothérapeute travaille en équipe pluridisciplinaire : il est ainsi en relation régulière avec des professionnels du soin pour la coordination des soins, mais aussi avec des architectes pour l’aménagement de l’environnement, des enseignants pour l’intégration scolaire et des employeurs pour la réinsertion professionnelle.

Il exerce dans le cadre d’établissements ou de services à caractère sanitaire ou médico-social, principalement dans des services de médecine physique et de réadaptation, de psychiatrie, et de gérontologie. L’ergothérapeute travaille avec des publics de tout âge : enfants, adultes, personnes âgées.

La formation à suivre

Obtenir le diplôme d’État d’ergothérapeute

Les ergothérapeutes sont titulaires du diplôme d’État d’ergothérapeute, qui se prépare dans les écoles publiques ou privées agréées par le ministère de la Santé. L’entrée s’effectue sur concours ouvert aux titulaires du baccalauréat.

La formation dure trois ans, à raison de 35 heures de cours ou de stages par semaine. Le programme des études comprend un enseignement théorique, pratique et clinique (stages).

Les études d’ergothérapeute sont payantes dans la plupart des instituts, et le montant des frais de scolarité varie selon l’établissement.

Les passerelles avec d’autres métiers

Des dispenses de scolarité peuvent être accordées aux sages-femmes, aux masseurs-kinésithérapeutes, aux infirmiers et aux psychomotriciens, qui peuvent entrer directement en deuxième année d’études sous réserve de succès à une épreuve particulière de fin de première année.

L’évolution professionnelle

Le diplôme d’ergothérapeute, assorti de quatre ans d’expérience, permet d’accéder aux concours de cadre de santé. Après au moins trois ans de services effectifs en qualité de cadre de santé, il est possible d’accéder au concours professionnel de cadre supérieur de santé.

L’ergothérapeute peut également se spécialiser en gérontologie, soins palliatifs ou encore dans l’humanitaire. Hors du secteur paramédical, l’ergothérapeute peut intervenir auprès d’industriels, d’ergonomes ou encore d’urbanistes. L’augmentation des demandes d’interventions à domicile devrait favoriser l’exercice libéral.

La rémunération

L’ergothérapeute est souvent salarié, mais il peut également exercer en libéral.
Rémunération 2009 dans la fonction publique hospitalière (hors prime de service) :

  • 1 600 € brut en début de carrière ;
  • 2 725 € brut en fin de carrière.

L’ergothérapeute dans une maison de retraite

En maison de retraite, l’ergothérapeute propose des aménagements de l’environnement adaptés à la perte d’autonomie des résidents. À partir d’un bilan clinique individualisé, il met également en place des activités de rééducation fonctionnelle, en particulier pour améliorer la force et la coordination de ses patients.

Pour plus de renseignements sur le métier d'ergothérapeute, consultez le portail des métiers du ministère de la Santé.