Aller au contenu

Assistant de service social

À partir d’une analyse de chaque situation, l'assistant de service social (ASS) intervient auprès des personnes, des familles, des groupes pour améliorer leurs conditions de vie au niveau social, sanitaire, familial, économique, culturel et professionnel. Il les aide à surmonter leurs difficultés et à développer leurs capacités propres afin de maintenir ou de restaurer leur autonomie et de faciliter leur insertion. L’ASS contribue également à des actions plus collectives de prévention, de lutte contre les exclusions et au développement social. Son expérience de terrain lui permet d’être force de proposition pour la conception des politiques sociales et l’évolution des missions développées par l’organisme qui l’emploie. Selon son secteur d’intervention, l'assistant social peut rencontrer des publics variés (enfants, adolescents, adultes, personnes âgées, personnes handicapées…).

La formation à suivre

Le diplôme d’État d’assistant de service social s’obtient à la suite d’une formation de trois ans dans une école agréée, publique ou privée. Pour y accéder, il faut être titulaire du baccalauréat et réussir les épreuves d’admission organisées par les établissements. Les non-bacheliers (âgés d’au moins 24 ans) peuvent également postuler aux épreuves d’entrée dans les établissements de formation s’ils ont réussi l’examen de niveau organisé chaque année par les directions régionales des Affaires sanitaires et sociales (Drass).

La formation s’effectue en alternance. Elle comprend 1 740 heures d'enseignements théoriques et 1 680 heures de formation pratique, qui se décomposent en stages professionnels répartis tout au long de la formation.

Le coût de la formation est pris en charge par les régions. Seuls restent à charge de l’étudiant des frais annexes (Sécurité Sociale, inscription, bibliothèque, polycopiés ...).

L’évolution professionnelle

Les assistants de service social peuvent poursuivre une formation supérieure : DEIS (Diplôme d’État en ingénierie sociale), CAFDES (Certificat d'aptitude aux fonctions de directeur d'établissement social). Un assistant social expérimenté peut accéder à des fonctions d’encadrement : directeur d’établissement social, de centre d’aide par le travail, de centre d’hébergement social, d’établissement pour personnes âgées ou pour enfants. Il peut également devenir professeur dans l’enseignement technique ou, s’il le souhaite, encadrer des équipes socio-éducatives.

La rémunération

Les assistants de service social sont employés dans des fonctions très diversifiées au sein de diverses structures : fonction publique hospitalière, fonction publique d’État (Éducation nationale, Justice, Défense…), fonction publique territoriale (Conseils généraux, municipalités), organismes de protection sociale (Caisse d’Assurance Maladie, Caisse d’Allocations familiales…), entreprises (banques, industrie, etc.), associations.

Les salaires et la carrière sont déterminés soit par des textes réglementaires pour les salariés qui travaillent dans le secteur public, soit par des conventions collectives pour ceux qui relèvent du secteur privé.

Dans la fonction publique hospitalière, au 1er février 2008, la rémunération brute hors prime s’élevait à :

  • 1 595 euros en début de carrière ;
  • 2 725 euros en fin de carrière, auxquels s’ajoutent des primes variables selon le lieu d’exercice.

L’assistant de service social dans une maison de retraite

Dans une maison de retraite, l’assistant de service social intervient auprès des résidents les plus démunis pour les aider à s’insérer dans la collectivité.

Les assistants de service social interviennent par ailleurs fréquemment auprès des personnes âgées vivant à domicile, par exemple pour les informer sur les aides financières à leur disposition, pour les orienter vers des établissements d’accueil adaptés à leur situation, etc.

Pour plus d’informations sur la formation et la carrière d’assistant de service social, consultez la fiche métier Assistant de service social d’hopital.fr, ou rendez-vous sur le portail des métiers du ministère de la Santé.