Aller au contenu

Les spécificités du sommeil de la personne âgée

La quantité de sommeil la nuit – et surtout du sommeil profond – se réduit. La réduction du sommeil profond s’accompagne d’une sensation de sommeil plus léger.

Avec l’âge, le temps mis pour s’endormir augmente. Le délai d’endormissement, qui est normalement de moins de 30 minutes avant 50 ans,  peut aller jusqu’à plus de 45 minutes à 80 ans.

Le sommeil  est plus fragmenté avec des éveils nocturnes relativement fréquents. Un adulte jeune a très peu d’éveils au cours d’une nuit et lorsqu’un éveil survient il se rendort habituellement en quelques minutes. En revanche, dès la cinquantaine, les éveils nocturnes sont plus fréquents et quasi systématiques à chaque fin de cycle de sommeil. D’autres éveils vont survenir à l’intérieur même d’un cycle sans raisons apparentes ou liés à des difficultés particulières comme des douleurs ou un besoin d’uriner. De plus, la durée moyenne des éveils augmente ce qui est souvent mal accepté.

La quantité de sommeil se réduit progressivement avec l’âge. Si le besoin par 24 heures est de 8 heures environ chez l’adulte jeune, il avoisine les 7 heures vers 70 ans.

Avec l’âge, le coucher se fait plus tôt, c’est ce qu’on appelle l’avance de phase.  La personne âgée se réveille alors plus précocement ce qui est souvent confondu avec une insomnie par réveil précoce.

Le besoin de sommeil se répartit différemment sur 24 heures. Il existe une augmentation de la fréquence des siestes.