Aller au contenu

Le mécanisme de la polyarthrite rhumatoïde (PR)

Il s’agit d’une maladie articulaire qui s’accompagne d’une inflammation de la membrane synoviale, la membrane qui entoure et protège l’articulation. Cette membrane sécrète une trop grande quantité de liquide qui s’accumule dans l’articulation. Cette dernière gonfle alors et devient douloureuse. Les cellules de la membrane synoviale se multiplient anormalement avec,  pour conséquence, un épaississement de cette membrane. On appelle cela un pannus synovial.

Dans le cas de la polyarthrite rhumatoïde, plusieurs articulations sont touchées, c’est pour cette raison que l’on parle de polyarthrite. Souvent, ce sont des articulations bilatérales et symétriques qui sont touchées.

La polyarthrite rhumatoïde fait partie des maladies auto-immunes. L’immunité est ce qui permet de reconnaître un agent étranger comme extérieur à soi pour pouvoir l’éliminer. L’immunité permet aussi de reconnaître des organes comme siens afin de ne pas déclencher de réponse contre eux. Lorsqu’il existe un trouble de l’immunité comme c’est le cas au cours de la polyarthrite rhumatoïde, les articulations sont reconnues comme étrangères et donc attaquées. Une des objectifs du traitement est donc de rétablir la tolérance contre ses propres articulations. La polyarthrite rhumatoïde étant une maladie systémique, elle peut atteindre d’autres éléments que les articulations.