Aller au contenu

Le dépistage et les traitements de la polyarthrite rhumatoïde

Un dépistage et un diagnostic précoces permettent aujourd’hui, avec les traitements disponibles, de contrôler dans la plupart des cas l’évolution de cette maladie, voire de l’arrêter.

Les traitements médicamenteux généraux sont de deux types : les traitements symptomatiques (antalgiques et anti-inflammatoires) qui agissent sur les symptômes et les traitements de fond qui bloquent l’évolution de la maladie. Concernant ces derniers, leurs bénéfices ne se mesurent souvent qu’après quelques semaines ou mois.

Des traitements locaux  sont aussi possibles :

  • L’immobilisation de l’articulation à l’aide d’une attelle pour empêcher certains mouvements ;
  • L’aspiration ou l’injection de liquide au niveau de l’articulation à l’aide d’une seringue (on parle de ponction, d’infiltration ou de synoviorthèse) ;
  • La réalisation d’un acte chirurgical qui consiste à nettoyer, enlever ou remplacer certaines composantes de l’articulation.

La réadaptation fonctionnelle est très importante au cours de la maladie, mais elle doit être modulée en fonction de l’évolution de celle-ci. Elle permet de limiter la survenue des déformations, d’assurer le maintien de la qualité des muscles et de lutter contre l’enraidissement. Ce sont des ergothérapeutes et des kinésithérapeutes spécialisés qui s’en chargent. Des appareillages peuvent également être réalisés en fonction des besoins.