Aller au contenu

Ostéoporose

L’ostéoporose est une maladie osseuse qui se caractérise par une diminution de la densité des os et par une modification de leur architecture interne. Ils sont moins résistants aux chocs, et le risque de fracture augmente.On estime que 39 % des femmes de 65 ans et 70 % des femmes de 80 ans souffrent d’ostéoporose (source : Société française de rhumatologie). Chaque année, en France, environ 50 000 fractures du col du fémur et 35 000 fractures du poignet sont dues à l’ostéoporose.

Le mécanisme de l’ostéoporose

Les os se renouvellent en permanence au cours de la vie, via un processus appelé le « remodelage osseux ». Ce dernier est particulièrement important de la naissance à 18-20 ans, âge auquel la masse osseuse atteint son maximum. La densité osseuse reste ensuite stable pendant une dizaine d’années, avant de diminuer progressivement et inexorablement. L’ostéoporose intervient quand cette perte osseuse est trop rapide, ou lorsque la densité osseuse était trop faible au départ.

La diminution de la masse osseuse est plus régulière chez l’homme que chez la femme. En effet, chez cette dernière, la perte osseuse s’accélère au moment de la ménopause. L’ostéoporose est ainsi beaucoup plus fréquente chez les femmes.

Pour plus d’informations sur le mécanisme de l’ostéoporose, consultez le dossier de la Société française de rhumatologie.

Les conséquences de l’ostéoporose

Fragilisé par l’ostéoporose, l’os peut se fracturer plus facilement. Les zones les plus fréquemment touchées sont :

  • les vertèbres. Les fractures, ou tassements, de vertèbres, sont des fractures par compression. Lorsqu’il y en a plusieurs, cela provoque une diminution de la taille et une courbure du dos ;
  • le col du fémur, c’est-à-dire l’extrémité supérieure du fémur, rattachée au bassin. La fracture du col du fémur peut avoir des complications importantes, en raison de l’immobilisation qu’elle entraîne : phlébite, embolie, infection… Chaque année, en France, environ 50 000 fractures du col du fémur sont dues à l’ostéoporose.
  • le poignet. Les fractures du poignet sont en général causées par une chute. L’ostéoporose entraîne environ 35 000 fractures du poignet chaque année en France.

Le diagnostic de l’ostéoporose

L’ostéoporose est diagnostiquée à l’aide d’un examen appelé ostéodensitométrie, qui permet de mesurer la densité minérale osseuse. Pour ce faire, une faible quantité de rayons X est envoyée dans un os. L’appareil mesure ensuite la différence entre la quantité d’énergie envoyée dans l’os et la quantité qui a pu le traverser et en ressort. Plus l’os est dense, plus la quantité d’énergie qui en ressort est faible.

La densité osseuse est classée en quatre stades :

  • normale ;
  • ostéopénie ;
  • ostéoporose ;
  • ostéoporose sévère.

L’ostéodensitométrie est un examen qui se fait sur prescription médicale. Elle peut être remboursée par la Sécurité sociale sous certaines conditions.

Pour plus d’informations sur l’ostéodensitométrie, consultez le dossier de la Société française de rhumatologie.

Les traitements de l’ostéoporose

Les traitements de l’ostéoporose dépendent du degré de sévérité de la maladie. Ils peuvent être médicamenteux (traitement hormonal substitutif de la ménopause, biphosphonates, calcitonite…) et incluent souvent un apport de calcium et/ou de vitamine D.

Ils s’accompagnent toujours de conseils nutritionnels :

  • arrêt du tabac ;
  • limitation de la consommation de sel, de café et d’alcool ;
  • consommation de 4 produits laitiers par jour…

La pratique d’une activité physique régulière, comme la marche ou des exercices de renforcement musculaire, est également recommandée.

La prévention de l’ostéporose

Il n’existe pas de mesure permettant de prévenir à 100 % l’ostéoporose. Cependant, des facteurs de risque évitables de survenue de l’ostéoporose ont été identifiés :

  • une consommation excessive d’alcool ;
  • le tabagisme ;
  • le manque d’activité physique, en particulier pendant l’enfance et l’adolescence ;
  • le manque d’ensoleillement ;
  • un régime excessif en protéines et en sel, qui peut entraîner une fuite du calcium dans les urines;
  • une alimentation trop pauvre en calcium ;
  • des régimes amaigrissants trop sévères ;
  • une consommation importante de café, qui peut entraîner une fuite du calcium dans les urines.

Pour plus d’informations sur la prévention de l’ostéoporose, consultez le dossier de la Société française de rhumatologie.