Aller au contenu

Maladies cardiovasculaires

Les maladies cardiovasculaires sont aujourd’hui la première cause de décès dans les pays développés. Dues à l’obstruction ou à la rupture d’une artère, les principales maladies cardiovasculaires sont l’hypertension, l’accident vasculaire cérébral (AVC), l’infarctus du myocarde.

Le système cardiovasculaire

Il se compose du cœur et des vaisseaux (artères et veines).

Le cœur

C’est un muscle qui fonctionne comme une pompe extrêmement puissante pour chasser le sang dans les artères et aspirer le sang venu des veines. De la taille du poing, il pèse environ 300 grammes et pompe 5 litres de sang à la minute. Le cœur ne représente que 0,4 % du poids total du corps, mais consomme 10 % de l’oxygène apporté par la respiration.

Les artères

Ce sont les vaisseaux qui transportent le sang depuis le cœur vers l’ensemble des organes. Le sang transporté par les artères alimente les organes en oxygène et leur fournit des nutriments indispensables à leur bon fonctionnement.

Les veines

Ce sont les vaisseaux qui transportent le sang depuis les organes vers le cœur. Le sang transporté par les veines est chargé de dioxyde de carbone. Il est propulsé par le cœur jusque dans les poumons, où il se décharge du dioxyde de carbone et se réapprovisionne en oxygène.

L'athérosclérose

Il s’agit de la principale maladie des artères, à l’origine de nombreuses maladies cardiovasculaires.

Définition

L’athérosclérose se caractérise par le dépôt progressif de cholestérol (athérome) sur la paroi des artères. La formation de plaques d’athérome a trois grandes conséquences :

  • diminution du diamètre des artères, qui se ferment peu à peu (sclérose) ;
  • durcissement et moins bonne dilatation des artères, qui finissent par se contracter (spasme) ;
  • formation de caillots dans les artères, qui se bouchent complètement (thrombose).

Symptômes

L’athérosclérose n’a pas de symptômes caractéristiques. Des douleurs localisées, un essoufflement, des vertiges… peuvent apparaître. Elle est en général découverte par le biais d’une maladie cardiovasculaire : infarctus, accident vasculaire cérébral…

Facteurs de risques de l’athérosclérose

De nombreux facteurs influencent l’apparition d’athérosclérose : excès de cholestérol, hypertension artérielle, diabète, tabagisme, stress, absence d’activité physique….

Traitements

Les traitements préventifs reposent sur l’arrêt du tabac, une alimentation équilibrée et la pratique régulière d’une activité physique.

L'hypertension artérielle


Selon l’Organisation mondiale de la santé, l’hypertension artérielle est le deuxième facteur diminuant le nombre d’années de vie en bonne santé, juste derrière le tabagisme et avant l’alcoolisme. On estime que 7, 5 millions de Français souffrent d’hypertension artérielle.

Définition

La pression artérielle correspond à la force exercée par le courant sanguin dans les artères :

  • la pression est maximale lorsque le cœur se contracte pour envoyer le sang dans les artères (systole). C’est la pression systolique ;
  • la pression est minimale lorsque le cœur se relâche et aspire le sang venu des veines (diastole). C’est la pression diastolique.

Une mesure de la tension artérielle comprend deux chiffres. Le premier, qui est le plus élevé, correspond à la pression systolique, le plus bas correspond à la pression diastolique.

Une tension artérielle normale est de 120/80 mmHg. On parle d’hypertension artérielle lorsque les chiffres de tension sont égaux ou supérieurs à 140/90 mmHg.

L’hypertension artérielle est un facteur de risque majeur pour l’accident vasculaire cérébral et l’infarctus du myocarde. Elle peut également à terme provoquer des lésions rénales et oculaires.

Symptômes de l’hypertension

En général, l’hypertension artérielle ne provoque pas de symptômes. Des maux de tête, en particulier au réveil, des vertiges, des troubles de la vue, des palpitations cardiaques ou des saignements de nez peuvent parfois apparaître.

Facteurs de risque de l’hypertension

L’hypertension résulte d’un grand nombre de causes additives : âge, excès de poids, alimentation trop riche en graisses et/ou en sel, sédentarité, consommation excessive d’alcool, tabagisme, stress…
Certains médicaments peuvent également être à l’origine d’une hypertension.

Traitement de l’hypertension

L’hypertension artérielle ne peut être guérie, mais elle peut être contrôlée. Le traitement s’articule autour de deux axes principaux :

  • respect d’une bonne hygiène de vie : diminution de la consommation de sel, exercice physique régulier, arrêt du tabac…
  • prise de médicaments contre l’hypertension. Cinq classes majeures de médicaments peuvent être utilisées selon le patient : diurétiques, bêtabloquants, inhibiteurs calciques, inhibiteurs de l’enzyme de conversion, inhibiteurs des alpha-récepteurs.

L'accident vasculaire cérébral

L’accident vasculaire cérébral (AVC) est la troisième cause de mortalité en France, et la deuxième cause de décès dans le monde. Chaque année, 130 000 Français sont touchées par un AVC. Un « plan AVC » a récemment été mis en place par les pouvoirs publics afin de lutter contre cette affection.

Définition

Un AVC est l’obstruction ou la rupture d’un vaisseau qui transporte le sang dans le cerveau.
Il existe deux types d’AVC :

  • les accidents ischémiques, ou infarctus cérébraux, lorsqu’un vaisseau sanguin se bouche (thrombose cérébrale) ou est bouché par un caillot de sang formé ailleurs (embolie cérébrale) ;
  • l’hémorragie cérébrale, due à l’éclatement d’un vaisseau.

En conséquence, les cellules du cerveau ne reçoivent plus l’oxygène et les nutriments dont elles ont besoin. Elles peuvent être endommagées, et certaines mourir.

Symptômes de l’AVC

Les symptômes dépendent de la zone touchée et de l’étendue de la lésion, mais les signes suivants sont les plus courants :

  • étourdissements, vertiges et perte d’équilibre ;
  • engourdissement ou paralysie d’un membre, du visage ou d’une partie du corps ;
  • difficulté soudaine à parler et à comprendre ce que l’on entend ;
  • troubles de la vision ;
  • violent mal de tête d’apparition soudaine, nausée, vomissements.
L’accident vasculaire cérébral est une urgence médicale. En cas d’apparition brutale d’un des symptômes suivants, appeler immédiatement le 15 :
- perte de force ou engourdissement au visage ;
- perte de force ou engourdissement au bras ;
- trouble de la parole.
En cas d’association d’un de ces trois symptômes avec l’apparition brutale de troubles de l’équilibre, de maux de tête intense, ou d’une baisse de la vision, appeler immédiatement le 15.

Traitement de l’AVC

L’AVC peut provoquer des dommages irréversibles au cerveau en raison de la privation d’oxygène qu’ont subi les cellules nerveuses. Celles-ci ne se renouvellent que très peu, et leur mort par manque d’oxygène entraîne des pertes fonctionnelles.

Une intervention chirurgicale en urgence est effectuée pour dissoudre le plus rapidement possible le caillot qui s’est formé. Pour les accidents ischémiques, un anticoagulant est prescrit. En cas d’hémorragie, le sang accumulé est retiré.

Par la suite, la zone malade du vaisseau est soit retirée, soit dilatée, afin de limiter les risques de récidive.

Des séances de rééducation sont effectuées pour remédier aux éventuelles séquelles cognitives ou comportementales de l’AVC.

Facteurs de risque de l’AVC

L’âge est le premier facteur de risque de l’AVC : son taux d’incidence est multiplié par deux tous les dix ans à partir de 55 ans.
Les principaux facteurs de risque évitables sont :

  • le tabagisme ;
  • une consommation excessive d’alcool ;
  • l’absence d’activité (sédentarité).

L’hypertension artérielle, l’excès de cholestérol (hypercholestérolémie) et le diabète sont également des facteurs de risque de survenue d’un AVC.

L'infarctus du myocarde

Chaque année, plus de 100 000 Français ont un infarctus du myocarde, ou attaque cardiaque. C’est souvent le premier signe de l’existence d’une maladie cardiovasculaire.

Définition

L’infarctus du myocarde est la destruction d’une partie du muscle cardiaque, le myocarde. Il est causé par l’obstruction d’une des artères coronaires, qui apportent le sang oxygéné au cœur : le myocarde n’est alors plus irrigué ni oxygéné, ce qui entraîne sa nécrose, voire sa mort.

Symptômes de l’infarctus du myocarde

Le principal symptôme de l’infarctus du myocarde est une forte douleur au niveau du thorax, qui survient brutalement, et peut parfois se faire sentir dans les bras, les poignets et la mâchoire. Un essoufflement, une pâleur et des sueurs peuvent également se manifester.

Traitements de l’infarctus du myocarde

L’infarctus du myocarde est une urgence médicale : plus le temps passe, plus le cœur reste longtemps sans oxygène, et plus il risque de se nécroser.

Les techniques d’intervention utilisées dépendent de la gravité de l’infarctus, mais elles visent toutes à déboucher l’artère au plus vite :

  • l’angioplastie consiste à insérer un petit ballonnet gonflable dans l’artère. Une fois gonflé, il écrase la plaque d’athérome qui bouchait l’artère et augmente le diamètre de cette dernière. Il est ensuite dégonflé pour rétablir la circulation ;
  • la pose d’un stent consiste à placer un mini-ressort dans l’artère afin d’éviter qu’elle se rebouche ;
  • la thrombolyse consiste à détruire le caillot qui bouche l’artère en le faisant fondre par l’injection d’un médicament ;
  • le pontage est une intervention chirurgicale qui permet de relier deux artères afin de court-circuiter la partie de l’artère endommagée.

Une rééducation est ensuite effectuée afin de remuscler le cœur.

Facteurs de risque de l’infarctus du myocarde

Les principaux facteurs de risque de l’infarctus du myocarde sont le tabagisme, l’excès de cholestérol, le stress.

L'artérite des membres inférieurs

Elle touche 1% des Français avant 50 ans, et majoritairement les hommes au-delà de la cinquantaine.

Définition

L’artérite des membres inférieurs est une obstruction des artères des jambes.

Symptômes

Les premiers symptômes de l’artérite sont des douleurs dans les mollets au cours de la marche. A un stade plus avancé, ces dernières apparaissent au repos et se manifestent la nuit. Enfin, lorsque l’occlusion devient aiguë, la jambe atteinte devient pâle, froide et impotente. Une vive douleur est ressentie. La jambe se gangrène, et une amputation est parfois nécessaire.

Traitement

L’artérite aiguë (jambe pâle, froide et impotente) est une urgence médicale et doit être prise en charge rapidement : plus le temps passe, plus la jambe reste non oxygénée, et plus elle risque de se gangrener.

Le traitement en urgence consiste à déboucher l’artère obstruée, par une angioplastie, la pose d’un stent ou une thrombolyse.

A plus long terme, la marche régulière est recommandée, ainsi que l’arrêt du tabagisme.

Facteurs de risque de l’artérite des membres inférieurs

Le principal facteur de risque de l’artérite des membres inférieurs est le tabagisme.

La réadaptation cardiovasculaire

Qu’est ce que la réadaptation cardiovasculaire

On appelle programme de réadaptation cardiovasculaire un ensemble de mesures permettant à un malade cardiaque de regagner en autonomie en récupérant ses capacités grâce à des exercices physiques et des mesures à long terme. La réadaptation se réalise dans des établissements de Soins de Suite et de Réadaptation spécialisés en pathologie cardiovasculaire (SSR).

Objectifs de la réadaptation cardiovasculaire

Les personnes souffrant de maladies cardiovasculaires voient leurs capacités physiques grandement diminuées, ce qui peut affecter leur qualité de vie. L’objectif principal est donc de retrouver une autonomie satisfaisante, ou au moins de l’améliorer. Les objectifs secondaires sont de recréer un lien social pour les personnes en marge, améliorer la fonction mentale, prévenir la dépression et permettre aux personnes de « retourner à la vie » après un évènement cardiovasculaire aigu comme une crise cardiaque.

A qui s’adresse la réadaptation cardiovasculaire

Ces programmes s’adressent aux personnes atteintes de maladies cardiaques, mais sont particulièrement adaptées aux personnes âgées. Certains exercices comme l’entrainement en résistance douce, ou la gymnastique aquatique, sont particulièrement appréciés, mais surtout permettent en douceur un renforcement musculaire et une amélioration de l’autonomie.

Pourtant, ces programmes sont assez peu souvent prescrits aux personnes âgées, pour plusieurs raisons :

  • La frontière est mince entre la maladie cardiovasculaire et la dégradation « normale » des capacités du cœur, l’âge complique donc le diagnostic et l’orientation de la personne
  • Les personnes en marge, isolées, ne sont pas toujours surveillées médicalement
  • Certaines maladies comme la démence sénile peuvent paraitre incompatibles, alors qu’il suffit la plupart du temps d’adapter le programme à la personne

Il est important de consulter un médecin pour se faire prescrire soit un programme de réadaptation cardiovasculaire en cas de maladie, soit une activité physique adaptée, pour rester en bonne santé physique.