Aller au contenu

Quels sont les traitements de la maladie de Parkinson ?

Il n’existe pas à l’heure actuelle de traitement permettant de soigner la maladie de Parkinson : les traitements disponibles agissent sur les symptômes, mais n’empêchent pas la destruction des neurones dopaminergiques.

Les traitements médicamenteux

Deux classes de médicaments sont utilisées pour traiter les symptômes de la maladie de Parkinson :

  • la L-dopa, molécule que le cerveau transforme sur place en dopamine ;
  • les agonistes dopaminergiques, qui imitent l’effet de la dopamine.

La L-dopa est très efficace sur les symptômes de la maladie, mais elle provoque des complications motrices importantes, en particulier des mouvements involontaires anormaux. En outre, il est nécessaire d’augmenter les doses au fur et à mesure du traitement, et le temps d’action de la molécule diminue progressivement.

Les agonistes dopaminergiques provoquent peu de complications motrices, mais ils ont des effets indésirables notables tels que nausée, somnolence, hallucinations, troubles du comportement.

Le choix du médicament est fonction de l’âge du patient, de la durée d’évolution de sa maladie, et du degré de gêne provoqué par les symptômes.

Le traitement chirurgical

Il existe une opération chirurgicale qui permet de stimuler la zone cérébrale responsable des tremblements et de diminuer sensiblement les symptômes de la maladie de Parkinson. Elle consiste en l’implantation de deux petites électrodes à deux endroits précis de chaque côté du cerveau. Les électrodes vont ensuite stimuler en continu la zone d’implantation. Elles sont reliées à une pile placée sous la peau et par laquelle il est possible de régler l’intensité de la stimulation.

Le traitement chirurgical de la maladie de Parkinson est réservé à certains cas précis.
Pour en savoir plus sur les traitements de la maladie de Parkinson, consultez le dossier sur les traitements de l’association France Parkinson.

24 centres experts régionaux

La prise en charge thérapeutique de Parkinson étant très complexe, elle nécessite un suivi personnalisé et le recours à de nombreux spécialistes. En 2012, le Plan Parkinson a permis la désignation de 24 centres experts régionaux. Implantés en CHU, ils regroupent des neurologues, infirmiers, orthophonistes et psychologues spécialisés dans la maladie de Parkinson.

Les moyens dévolus aux 24 centres régionaux – 3 millions d’euros au total – sont cependant jugés insuffisants par les représentants des malades.