Aller au contenu

L’incontinence urinaire chez la personne âgée

Définition

L’incontinence urinaire (IU) se caractérise par « toute perte involontaire d’urine dont se plaint le patient ».  C’est en tout cas la définition proposée par l’International Continence Society et reprise par la HAS.

C’est donc l’affectation de la qualité de vie qui fait de ce symptôme une pathologie à traiter.

Epidémiologie

Même s’il est difficile de connaître la prévalence du trouble, on peut dire que l’incontinence urinaire touche :

  • 1 femme sur 3 entre 70 et 75 ans ;
  • 43 à 72 des femmes vivant en institution ;
  • Au moins 7 % des hommes des hommes de 65 ans ;
  • Plus de 28 % des hommes au-delà de 90 ans.

 (Source : Association française d’urologie)

Miction et vieillissement

Quand on vieillit, la vessie est moins élastique et elle se contracte moins bien. Si elle contient moins, elle se vide aussi moins bien, ce qui multiplie les envies d’uriner et les risques d’infection.

Le muscle de la vessie se dénerve, ce qui entraîne des contractions plus fréquentes voire anarchiques : soit les envies d’uriner sont pressantes et parfois à l’origine de fuites urinaires, soit les besoins d’uriner se font sentir tard, parfois trop tard.

Avec le vieillissement, les mictions nocturnes deviennent plus fréquentes. On appelle cela la polyurie nocturne. Il y a aussi plus de risque d’incontinence. 

Types d’incontinence

On distingue :

  • L’incontinence urinaire par impériosité dite « urgenturie » qui survient à la suite d’ une envie pressante.
  • L’incontinence urinaire d’effort (IUE) qui est une perte d’urinaire survenant à la suite d’un effort musculaire (rire, levée d’un poids…). 
  • L’incontinence urinaire mixte qui survient lorsque l’IUE et l’incontinence urinaire par impériosité sont associés chez un même patient ;
  • L’incontinence par regorgement qui survient lorsqu’une vessie flasque déborde. Le sphincter laisse passer le trop plein d’urine. Comme la miction n’est plus contrôlée, on peut bien parler d’incontinence.

Les causes

Les principaux facteurs de l’incontinence urinaire par impériosité sont la présence de calculs, d’une sonde ou d’une infection, une hypertrophie de la prostate chez l’homme ou un rétrécissement urétral chez la femme, une tumeur, une sclérose en plaques, une maladie de Parkinson ou une démence.

Les principales causes de l’incontinence urinaire d’effort (IUE) sont une carence en œstrogène, un résultat de grosses multiples ou d’accouchements difficiles ou un prolapsus ;

Les causes les plus fréquentes de l’incontinence par regorgement sont le rétrécissement de l’urètre, une hypertrophie de la prostate ou un cancer chez l’homme, une vessie distendue, un diabète ou des médicaments.

Les médecins concernés

Quel médecin faut-il consulter ? En plus du médecin généraliste, trois médecins peuvent aider à soulager un patient âgé qui souffre d’incontinence :

  • Le médecin réadaptateur qui cherche à adapter l’environnement aux besoins du patient ;
  • L’urologue qui prend charge l’incontinence et les pathologies urologiques associées ;
  • Le gériatre qui prend en charge le patient âgé dans sa globalité.