Aller au contenu

L’évaluation de la douleur

Pour pouvoir traiter ou soulager une douleur, il est également nécessaire d’en évaluer l’intensité. Les équipes médicales et soignantes s’appuient pour cela sur des instruments de quantification par le biais desquels le patient leur indique le degré de douleur ressentie (principe d’auto-évaluation de la douleur). En effet, lui seul détient la référence personnelle de sa douleur.

Des grilles basées sur l’observation sont utilisées lorsque le patient ne peut communiquer verbalement (principe d’hétéro-évaluation de la douleur).

Les échelles d’évaluation

Les échelles d’évaluation sont le principal instrument permettant de quantifier la douleur ressentie. Il en existe trois grands types :

  • l’échelle d’évaluation visuelle analogique : il s’agit d’une échelle comportant une ligne horizontale allant de « pas de douleur du tout » à « douleur maximale imaginable », sur laquelle le patient est invité à placer un curseur correspondant à l’intensité de la douleur qu’il ressent ;
  • l’échelle d’évaluation numérique : elle comporte également une ligne horizontale, sur laquelle le patient note sa douleur de 0 à 10, du moins au plus intense ;
  • l’échelle d’évaluation verbale simple : la personne décrit l’intensité de sa douleur à l’aide de mots simples (pas de douleur, douleur faible, modérée, intense).

Le score de la douleur s’inscrit au verso de ces échelles.

L’observation du comportement

Il peut arriver, en particulier chez les personnes dépendantes, qu’une personne ne puisse exprimer sa douleur. Par ailleurs, l’absence de plainte ne signifie pas l’absence de douleur. C’est pourquoi les praticiens s’appuient également sur l’observation du comportement pour évaluer la douleur. Par exemple, une agitation, un repli sur soi, des cris, des pleurs, ou encore des gestes pour protéger certaines parties du corps sont souvent des signes révélateurs de douleur.

En gériatrie, deux échelles d’observation comportementale sont largement utilisées : l’échelle Doloplus® et l’échelle ECPA (évaluation comportementale de la douleur chez la personne âgée).