Aller au contenu

La dépression

La dépression se manifeste par une tristesse de l’humeur, une perte d’intérêt pour toute activité et une baisse de l’énergie. Les autres symptômes sont une diminution de l’estime de soi et de la confiance en soi, une culpabilité injustifiée, des idées de mort et de suicide, des difficultés à se concentrer, des troubles du sommeil et une perte d’appétit. Le syndrome dépressif peut aussi s’accompagner de symptômes somatiques, selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

A la différence du coup de blues ou de la déprime, dans la dépression l’humeur et le mal-être varient peu d’un jour à l’autre ou selon les événements de vie.

Les symptômes de la dépression

La dépression se définit par un certain nombre de symptômes parmi les suivants. Ils doivent être présents toute la journée et presque tous les jours, durant au moins deux semaines et ne pas être influencés par les circonstances :

  • Humeur dépressive, tristesse ;
  • Perte d’intérêt ;
  • Fatigue ou perte d’énergie ;
  • Troubles de l’appétit (avec perte ou prise de poids); 
  • Troubles du sommeil (perte ou augmentation);
  • Ralentissement ou agitation psychomotrice;
  • Sentiment d’infériorité, perte de l’estime de soi;
  • Sentiment de culpabilité inappropriée;
  • Difficultés de concentration; 
  • Idées noires, pensées de mort, comportement suicidaire

Les épisodes dépressifs sont classés selon la durée, la sévérité et la nature des symptômes. Plus il y a de symptômes et plus ils sont intenses, plus la dépression est sévère et plus les conséquences sont importantes.

Ainsi, l’épisode dépressif léger comprend au moins un ou deux des symptômes décrits plus haut. L’épisode dépressif moyen comprend au moins six symptômes dépressifs tandis que l'épisode dépressif sévère comprend au moins huit symptômes dépressifs. La personne est le plus souvent incapable de poursuivre l’ensemble de ses activités habituelles. Il peut être associé ou non à des symptômes psychotiques, comme des idées délirantes d’indignité, de maladie physique ou de désastre imminent, des hallucinations auditives de dérision ou de condamnation, au maximum une stupeur dépressive.

Les dépressions dites secondaires

Certaines dépressions sont dites secondaires car elles résultent d’une autre affection. Par exemple, le risque de dépression est augmenté par certains facteurs de risque cardiovasculaires comme l’hypertension artérielle, l’hypercholestérolémie ou le diabète. Il existe aussi des dépressions révélatrices d’une affection d’une autre nature, comme une maladie de Parkinson, une affection endocrinienne, ou une maladie d’Alzheimer.

Pour plus d’informations sur la dépression, consultez la page "Dépression" du site du Psycom