Aller au contenu

Pourquoi les personnes âgées sont particulièrement vulnérables ?

En plus de sa fragilité liée aux maladies chroniques, à la perte d’autonomie et aux médicaments, la personne âgée présente une capacité réduite d’adaptation à la chaleur. Cela se traduit par une réduction :

  • De la perception de la chaleur ;
  • Des capacités de transpiration ;
  • De la sensation de soif ;
  • De la capacité de vasodilatation du système capillaire périphérique indispensable pour augmenter le débit sudoral (de la sueur).

Par temps chaud, les pertes de chaleur se font, chez un adulte en bonne santé, au niveau de la peau, par deux mécanismes principaux que sont l’évacuation passive de la chaleur cutanée et, plus important, l’évacuation active par évaporation sudorale. C’est donc l’évaporation de la sueur et non sa production qui refroidit. En cas de vague de chaleur, le mécanisme par évaporation devient presque exclusif à condition que le sujet soit capable de produire de la sueur et de l’évaporer. Il ne faut donc pas qu’il soit déshydraté et il faut que l’air soit le plus sec possible.

Chez la personne âgée, le nombre de glandes sudoripares est diminué en raison de l’âge. En cas de vague de chaleur, ces glandes sont stimulées en permanence. Au bout de quelques jours, elles s’épuisent et la production de sueur chute.