Aller au contenu

Arthrose


L’arthrose, la maladie chronique la plus fréquente, est due à une dégénérescence du cartilage des articulations. Elle intervient lorsque l’articulation est régulièrement soumise à une pression trop importante. Bien que la fréquence de l’arthrose augmente avec l’avancée en âge, ce n’est pas une conséquence normale du vieillissement.

Le mécanisme de l’arthrose

Une articulation est la jonction entre deux os ; les deux extrémités osseuses qui la composent sont recouvertes de cartilage. Une capsule, dont la partie interne est recouverte d’une membrane appelée membrane synoviale, assure la stabilité de l’articulation. La membrane synoviale produit un liquide, le liquide synovial, qui nourrit le cartilage.

L’arthrose est due à un excès récurrent de pression sur le cartilage. Le cartilage commence par se gonfler d’eau, puis il se fragilise et perd en volume. Ensuite, il se met à produire à l’excès des enzymes de destruction, et se dégrade progressivement.

Les autres parties de l’articulation sont atteintes plus tardivement que le cartilage, mais peuvent également subir des lésions : la membrane synoviale produit un excès de liquide synovial, et l’os s’épaissit.

Les symptômes de l’arthrose

L’arthrose se manifeste par poussées douloureuses. Le traitement repose alors sur des anti-inflammatoires. Le cartilage n’étant pas innervé, ce n’est pas lui qui est à l’origine des douleurs, mais l'os, la membrane synoviale, la capsule, les ligaments ou les tendons. C'est la destruction du cartilage qui, en libérant des petits fragments dans l'articulation, entraîne une réaction de la membrane synoviale qui doit digérer les débris. C'est donc au moment des poussées inflammatoires que l'arthrose est particulièrement douloureuse.

En dehors de ces poussées douloureuses, l’articulation peut être soignée au moyen d’infiltrations de corticoïdes ou d’injection d’acide hyaluronique. Parfois, la mise en place d’une prothèse est nécessaire.

Toutes les arthroses ne sont pas douloureuses. Par exemple, l’arthrose de la colonne vertébrale, qui est la plus fréquente, est très souvent indolore.

Les causes de l’arthrose

L’arthrose peut avoir deux causes :

  • une cause mécanique, lorsqu’elle est due à un excès de pression sur un cartilage normal ;
  • une cause structurale, lorsqu’elle est due à une pression normale sur un cartilage fragile.

L’arthrose mécanique est la plus fréquente. L’excès de pression sur l’articulation peut avoir différentes origines :

  • une surcharge pondérale ;
  • une sollicitation trop importante, dans le cadre de l’activité professionnelle ou de la pratique d’un sport ;
  • des microtraumatismes ;
  • une mauvaise répartition des pressions au sein de l’articulation, en raison d’une anomalie anatomique ou d’une séquelle de traumatisme (entorse, luxation, fracture).

Les arthroses de la colonne vertébrale et des doigts sont les plus fréquentes, mais sont en général peu, voire pas du tout, douloureuses. Les arthroses du genou et de la hanche, bien que plus rares, peuvent être beaucoup plus invalidantes.

L'arthrose du dos

L'arthrose de la colonne vertébrale, ou arthrose rachidienne, est très fréquente à partir de la quarantaine. Cette arthrose prédomine aux deux extrémités : au rachis cervical (cervicarthrose) et au rachis lombaire (lombarthrose). La rareté de l'arthrose dorsale vient du fait que le rachis est beaucoup moins mobile au niveau des 12 vertèbres dorsales.

Pour plus d’informations sur l'arthrose du dos et son traitement, consultez le site internet de la Société française de rhumatologie.

L'arthrose de la main

L'arthrose du poignet se développe surtout après un traumatisme. Elle se traduit par des dépôts calciques au niveau des cartilages des os du poignet.

L'arthrose du pouce, ou rhizarthrose, est particulièrement fréquente chez la femme et le plus souvent bilatérale.

L'arthrose des autres doigts, ou arthrose digitale, est fréquente chez les femmes après la ménopause. Les articulations touchées sont celles situées entre les phalanges. Des gonflements appelés nodosités de Bouchard et nodosités d'Heberden apparaissent souvent.

Pour plus d’informations sur l'arthrose de la main et son traitement, consultez le site internet de la Société française de rhumatologie.

La gonarthrose

L’arthrose du genou, ou gonarthrose, est très fréquente. Elle touche soit l’articulation entre le fémur et le tibia, soit l’articulation entre le fémur et la rotule.

L’obésité est un facteur de risque important dans la survenue de cette affection. Une anomalie de l’axe des membres inférieurs (genu varum et genu valgum, c’est-à-dire jambes arquées et jambes en X) est aussi souvent à l’origine d’une gonarthrose. Enfin, des séquelles d’entorse ou de luxation peuvent également favoriser son apparition.

La gonarthrose se manifeste fréquemment par un gonflement du genou, dû à une production excessive de liquide synovial. Il faut alors ponctionner ce liquide.

Pour plus d’informations sur la gonarthrose et son traitement, consultez le site internet de la Société française de rhumatologie.

La coxarthrose

La coxarthrose est l’arthrose de la hanche. Elle est souvent due à une anomalie de l’extrémité supérieure du fémur, ou de la cavité où cette dernière se loge. Elle provoque des douleurs dans l’aine ou sur le devant de la cuisse.

Pour plus d’informations sur la coxarthrose et son traitement, consultez le site internet de la Société française de rhumatologie.

Eviter les aggravations

  • Pendant les périodes congestives, observer un repos relatif de l'articulation ; dans les autres moments, maintenir une activité physique régulière ;
  • Agir sur les facteurs de risque de survenue ou d'aggravation d'arthrose sur lesquels il est possible d'agir : le surpoids, une activité physique trop intense...
  • Suivre la prescription du médecin et poursuivre son traitement dans la durée.