Aller au contenu

L'addiction au tabac, ou tabagisme

En France, 34,8 millions de personnes ont déjà consommé du tabac, et près de 12 millions fument quotidiennement.

Le mécanisme de l’addiction au tabac

Le tabac contient des alcaloïdes, dont le principal est la nicotine. Les alcaloïdes sont des substances psycho-actives, c’est-à-dire qu’elles ont une action sur le cerveau. La nicotine stimule le circuit de récompense du cerveau et procure une sensation de satisfaction.

Ainsi, la consommation de tabac peut entraîner une dépendance physique. Cette dernière se traduit par une sensation de manque en l’absence de consommation de tabac : la quantité de nicotine présente dans l’organisme baisse brutalement par rapport au seuil auquel le fumeur s’était habitué, ce qui se traduit par une pulsion forte à fumer, de l’anxiété, de la nervosité, une humeur dépressive…
Le tabagisme se caractérise également par une forte dépendance psychologique, liée aux effets psycho-actifs de la nicotine. Cette dernière procure plaisir, détente et stimulation intellectuelle. Elle a aussi un effet anxiolytique, antidépressif et coupe-faim.

Les risques du tabagisme

Un cancer sur trois est dû au tabagisme : cancer du poumon, de la gorge, du larynx, mais aussi cancer des reins ou de la vessie. Le tabagisme est également un des principaux facteurs de risque cardiovasculaires (infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral…), d’apparition d’un glaucome, de bronchite chronique…

La prise en charge de l’addiction au tabac

Il n’existe pas de méthode unique ni de traitement universel pour arrêter de fumer. Les aides les plus connues sont les substituts nicotiniques (gommes à mâcher, pastilles, patchs), la thérapie comportementale et cognitive, et les traitements psychotropes (Zyban® et Champix®, sur prescription médicale).

Il est possible de s’adresser à son médecin traitant, à un pharmacien ou un tabacologue pour obtenir des conseils et de l’aide.

Il n’est jamais trop tard pour arrêter de fumer. Les bénéfices commencent à se faire sentir dès les 24 heures suivant l’arrêt.

Existe-t-il un tabac inoffensif ?
Tous les types de tabac sont dangereux. Fumer la pipe et le cigare, où la fumée n’est pas inhalée, augmente fortement le risque de cancer de la bouche, des lèvres, du larynx… Les tabacs à chiquer peuvent provoquer des ulcères de l’estomac, des atteintes graves des dents et des gencives…

Pour plus d’informations sur la prise en charge du tabagisme, consultez tabac-info-service ou la brochure de téléchargeable de l'Inpes J'arrête de fumer.