Aller au contenu

Activité physique

PA sport

Avoir une activité physique est vital tout au long de la vie. Les personnes âgées, pour respecter les capacités de leur corps, ne doivent pas abandonner le sport mais adapter leur pratique. Respecter les limites que le corps impose tout en restant actif permet de garder la santé.

Le cœur des personnes âgées

Avec l’âge, les déplacements des personnes âgées se font moins fréquents. La sédentarité entraine un déconditionnement physique à l’effort, c'est-à-dire que la personne se déshabitue à faire des efforts quotidiens, et cela affecte les capacités fonctionnelles. Le cœur est particulièrement touché. A un âge avancé, le cœur des personnes âgées est caractérisé par :

  • L’augmentation de sa masse
  • L’épaississement des parois des artères
  • Des remaniements valvulaires
  • Une apparition plus fréquente de troubles de son rythme

Les maladies cardiovasculaires sont de plus en plus fréquentes, notamment l’insuffisance coronarienne (manque d'oxygénation du muscle cardiaque).

Le manque d’activité physique chez la personne âgée

L’effort chez la personne âgée

Les caractéristiques du cœur de la personne âgée entrainent une modification de la réponse à l’effort : le débit cardiaque est plus faible, car le remplissage des ventricules est altéré et la fréquence cardiaque n’augmente plus suffisamment lors d’un effort physique, ce qui entraine un essoufflement plus rapide.

Baisse des capacités cardiaques des personnes âgées

La personne âgée voit ses capacités physiques décroitre parce que les anomalies cardiaques modifient ses capacités maximales, mais également parce que la sédentarité diminue l’entrainement. Effectivement, à cause de l’altération de nombreuses fonctions vitales, la pratique du sport est de plus en plus contraignante et la personne âgée abandonne alors peu à peu les exercices.

Une inégalité entre les sexes

La réduction des capacités physique est deux fois plus élevée chez les hommes que chez les femmes (en 10 ans, 14 % de capacités en moins chez les hommes contre 7 % chez les femmes). Les pathologies associées, neurologiques ou sur les articulations particulièrement, peuvent également gêner l’effort, voire le contre indiquer.

Avec le manque d’exercice et la diminution des capacités physiques, la personne âgée voit alors son corps vieillir d’autant plus. Un cercle vicieux s’instaure.

Les bienfaits de l’activité physique chez la personne âgée

L’activité physique pour repousser la dépendance

Même si faire du sport ne va pas faire disparaitre les altérations dues à la vieillesse du corps, il peut en revanche permettre de limiter et ralentir la perte de capacités physiques. Sur le long terme, la pratique du sport peut permettre de repousser de 10 à 12 ans les risques de dépendance de la personne âgée. Il faudrait d’ailleurs pratiquer un sport tout au long de sa vie pour ne pas perdre son capital physique et le garder le plus longtemps possible.

Effets de l’activité physique sur le cœur

Pratiquer une activité physique et sportive va permettre :

  • Au cœur de garder plus longtemps ses capacités de relaxation (relâchement après l’effort)
  • Aux vaisseaux sanguins d’augmenter leur capacité de relâchement
  • De diminuer les risques d’hypertension artérielle
  • De diminuer, lors de l’effort, l’accélération du cœur et donc l’essoufflement
  • Et ainsi de limiter les troubles tels que le cholestérol et la glycémie, les artères s’encrassant moins rapidement

Danger de l’effort intense

Il ne faut pas oublier qu’en cas de manque d’entrainement, faire un effort ou un exercice de manière intense peut favoriser le risque d’accident cardiovasculaire. Il ne faut donc pas pratiquer de manière déraisonnée, surtout si la pratique sportive n’est pas régulière.

Pour « bien vieillir » physiquement, il faudrait donc faire du sport régulièrement, de manière modérée.

Personne âgée : quelle activité physique choisir ?

Lorsque le corps vieillit, il est nécessaire d'adapter la pratique sportive à celui-ci. Une épreuve d’effort permet d’évaluer les capacités physiques et fonctionnelles. Ainsi, il est possible de prescrire une activité physique en adéquation avec les besoins de la personne, y compris la personne âgée.

Conseils pour choisir la bonne activité physique :

  • Choisir une activité ou un sport attrayant, qui donne envie de pratiquer régulièrement
  • Les lieux pour pratiquer doivent être facilement accessibles, comme pour la natation ou le vélo, ou encore la marche à pied
  • La pratique choisie ne doit pas faire appel à des efforts discontinus et intenses, mais à l’endurance, pour atteindre entre 50 et 70% des capacités maximales
  • Préférer les activités se pratiquant en groupe, favorisant la régularité et le respect des prescriptions, ainsi que le lien social
  • Pratiquer régulièrement, au moins trois fois par semaines, entre 30 et 60 minutes par jour

Attention aux appels du corps

Pour rendre ces pratiques réellement bénéfiques, il faudrait faire attention à certains points :

  • Il faudrait penser à son corps, à son âge, même si l’esprit veut aller plus loin
  • Il faudrait toujours faire attention à ce que dit son corps et s’arrêter en cas de sensation anormale
  • Il ne faut pas repousser ses limites en se pensant invulnérable