Aller au contenu

Où s'informer ?

Ce sont les conseils généraux qui coordonnent la prise en charge des personnes âgées dépendantes. Différents lieux d’information sont à disposition des personnes âgées et de leur entourage dans chaque département. Elles peuvent y obtenir des renseignements sur la procédure d’évaluation de la perte d’autonomie, les différentes prises en charge existantes, ainsi que les aides financières disponibles selon leur situation.

Les centres locaux d'information et de coordination (Clic)


Les Clic sont des guichets d’accueil, d’information et de coordination ouverts aux personnes âgées et à leur entourage, ainsi qu’aux professionnels de la gérontologie et du maintien à domicile. Ils sont mis en œuvre par les départements. Ils constituent le lieu d’information privilégié des personnes âgées et de leur entourage.

Les Clic permettent en effet d'obtenir toutes les informations utiles pour la vie quotidienne des personnes âgées : aides financières, maintien à domicile, amélioration de l'habitat, structures d'hébergement, mesures de protection, loisirs, vie sociale et relationnelle… Ce sont aussi des lieux d'information, de formation et de coordination pour les professionnels de la gérontologie, les services et les établissements accueillant des personnes âgées. Enfin, les Clic sont des observatoires des enjeux et des questions gérontologiques sur un territoire déterminé.

L’équipe des Clic se compose d’un chargé d’accueil, d’un coordonnateur, de professionnels de santé et du secteur social. Ces derniers travaillent en lien avec les professionnels de la gérontologie du secteur.

Le nom des Clic peut être différent d'une région à l'autre : Clic, centre Apa, centre autonomie, point Émeraude, etc. Il en existe aujourd'hui près de 600, classés en trois catégories selon leur niveau d’intervention auprès des personnes âgées :

  • les Clic de niveau 1 informent la personne âgée et son entourage et les orientent vers les services et solutions localement disponibles. Les professionnels du Clic facilitent les démarches à entreprendre (demande d'allocation personnalisée d'autonomie, etc.) ;
  • les Clic de niveau 2 complètent les missions du Clic de niveau 1 par l’évaluation de la situation et des besoins de la personne et par l’élaboration d’un plan d’aide individuel ;
  • les Clic de niveau 3, en plus des missions exercées par les Clic de niveau 1 et 2, assurent le suivi et la coordination du plan d’aide personnalisé en collaboration avec les intervenants extérieurs.

Les Clic mettent également en place des actions de prévention. Ils organisent des conférences, proposent des groupes de parole, des forums, etc.

Un annuaire des Clic est disponible sur le site du secrétariat d’État aux Aînés.

Les centres communaux d'action sociale (CCAS)

Les centres communaux d’action sociale (CCAS), qui sont parfois regroupés en centres intercommunaux d’action sociale (CIAS), ont trois domaines d’intervention :

  • l’aide sociale légale, c’est-à-dire l’aide sociale à laquelle chacun a droit de par la loi s’il remplit les conditions pour l’obtenir ;
  • l’action sociale, qui découle de la politique sociale déterminée par les élus locaux et varie donc selon les lieux ;
  • l’animation des activités sociales de la commune.

Les CCAS et CIAS disposent de nombreuses informations à destination des personnes âgées et de leur entourage : aides financières auxquelles elles peuvent avoir droit, activités proposées au sein de la commune, lieux d’accueil et d’hébergement, etc. Les CCAS collaborent avec les Clic et peuvent renseigner les personnes sur les modalités d’évaluation de la perte d’autonomie.
L’adresse du CCAS de sa commune est disponible à la mairie.

Les Maisons pour l’autonomie et l’intégration des malades Alzheimer (Maia)

Les Maia sont des structures destinées à coordonner la prise en charge des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Elles offrent aussi un accompagnement à leur entourage. Les Maia s’articulent autour de plusieurs missions :

  • création d’un espace d’accueil, d’écoute et d’évaluation pluridisciplinaire de la situation vécue par un malade atteint d’une maladie d’Alzheimer et par ses proches ;
  • mise en commun des moyens pour le recrutement de personnel social, médical, paramédical, administratif ;
  • élaboration de nouvelles stratégies de prise en charge de la maladie d’Alzheimer ;
  • interdisciplinarité autour de la personne malade et mise en place de prises en charge continues adaptées à ses besoins ;
  • définition d’actions de formation pour les intervenants ;
  • mise en place d’actions de soutien aux aidants de la personne atteinte d’une maladie d’Alzheimer ;
  • évaluation des pratiques des intervenants ;
  • mise en place d’un système de référent pour toutes les personnes atteintes de la maladie et de coordonnateurs uniques pour les cas complexes.

La création des Maia a été prévue dans le cadre du Plan Alzheimer 2008-2012. Ces structures sont encore au stade de l’expérimentation. Fin 2011, 55 Maia étaient installées en France, et l'objectif est d'arriver à 500 en 2014. La liste des Maia est disponible sur le site plan-alzheimer.gouv.fr.