Aller au contenu

Animateur

L’animateur a pour mission de développer, d’organiser et de conduire des projets visant à l’épanouissement, la socialisation et l’autonomie des personnes. Il développe des activités qui facilitent la communication, l’adaptation au changement et plus généralement la mise en œuvre d’une vie sociale. Il encourage l’expression, la créativité et l’épanouissement des individus par des techniques variées : expression corporelle, atelier d’écriture, multimédias, activités artistiques et culturelles.

La formation à suivre

Obtenir le diplôme d’État relatif aux fonctions d’animation

La formation d’animateur est ouverte à toute personne de plus de 18 ans justifiant d’une expérience préalable dans le domaine de l’animation. Elle s’effectue dans des établissements de formation agréés, à l’issue d’épreuves d’admission organisées par chaque école.

La formation se déroule en deux étapes. Elle comporte d’abord une formation générale d’une durée de 800 heures, organisée autour de cinq unités de formation. Ensuite, l’étudiant passe 12 mois en situation d’animation et suit 200 heures de formation complémentaire.

L’examen final fait l’objet de la présentation et de la soutenance d’un mémoire. La formation est sanctionnée par le DEFA (Diplôme d’État relatif aux Fonctions d’Animation) délivré conjointement par le ministère chargé des Affaires sociales et par le ministère chargé de la Jeunesse et des Sports.

Attention, le DEFA sera à terme remplacé par le diplôme d'État de la Jeunesse, de l'Éducation populaire et du Sport.

Les passerelles avec d’autres métiers

Les titulaires du diplôme d’État d’assistant de service social, d’éducateur spécialisé ou de conseiller en économie sociale et familiale peuvent être dispensés de trois unités de formation. Les personnes titulaires du diplôme d’État d’éducateur de jeunes enfants ou du Certificat d’aptitude aux fonctions de moniteur éducateur peuvent êtres dispensées de deux unités de formation.

L’évolution professionnelle

Après trois années de pratique professionnelle, les animateurs peuvent préparer le diplôme d’État de directeur de projet d’animation et de développement (niveau maîtrise), qui atteste d'une qualification professionnelle pour la conception, la mise en œuvre et de la gestion des politiques d'animation et de développement menées par les structures sportives, sociales ou culturelles. Ils peuvent par ce biais devenir responsables d’unités socio-éducatives.

Les animateurs peuvent également préparer le diplôme d’État en ingénierie sociale (DEIS) après cinq années de pratique professionnelle. Ce diplôme, de niveau master, leur permet d’accéder aux fonctions de conseiller technique, de chargé d’étude, de coordinateur de projets, etc.

La rémunération

Les principaux débouchés se trouvent au sein des collectivités locales – dans leurs services auprès des personnes âgées – dans le secteur associatif et dans les établissements hospitaliers et les maisons de retraite.

Les salaires et la carrière sont déterminés soit par des textes réglementaires pour les salariés qui travaillent dans le secteur public, soit par des conventions collectives pour ceux qui relèvent du secteur privé.

Rémunération brute (hors prime de service) dans la fonction publique hospitalière au 1er janvier 2009 :

  • 1590 € en début de carrière ;
  • 2613 € en fin de carrière.

L’animateur dans une maison de retraite

Dans une maison de retraite, l’animateur joue un rôle essentiel dans la prévention de l’isolement social des résidents. Il participe à l’organisation de leur vie quotidienne, rythmée par les activités variées qu’il leur propose : jeux, ateliers culturels (lecture, projection de films, etc.), sorties, travail avec des intervenants extérieurs, etc.

Plus d’informations sur la formation et la carrière d’animateur sur le site du Haut commissariat à la Jeunesse et sur le site des 200 métiers de la santé.