Aller au contenu

La vie quotidienne en maison de retraite médicalisée (Ehpad)

restaurant personnes âgées

Les maisons de retraite médicalisées sont des lieux de vie collectifs, ce qui signifie qu’il y a dans ces structures d’accueil pour personnes âgées un équilibre à trouver entre règles communes et respect de la liberté individuelle. L’organisation de la vie quotidienne mérite donc d’être étudiée attentivement lorsqu’il s’agit de choisir un établissement Ehpad. Les résidents doivent pouvoir se sentir chez eux, avec tout ce que cela implique : confort des chambres, qualité des repas, respect de leur intimité, vie sociale, etc.

L'organisation de la vie quotidienne

La vie en collectivité implique nécessairement quelques règles et, dans les maisons de retraite, la journée est organisée du lever au coucher, de la toilette aux repas, en passant par les animations et les sorties. La possibilité d’adapter cette organisation selon les besoins et les envies des résidents est un point auquel il faut faire attention. Voici quelques questions que vous pouvez vous poser :

  • Lever et coucher : quels sont les horaires de lever et de coucher ? Peuvent-ils être adaptés à mes besoins ? Les heures de lever et de coucher varient selon les maisons de retraite. Dans certains établissements, les horaires peuvent être flexibles, et sont en particulier modifiés pour les personnes désorientées.
  • Toilette : y a-t-il un cabinet de toilette dans toutes les chambres ? Si j’ai besoin d’aide pour la toilette, combien de douches par semaine pourrai-je prendre ? Les résidents ont un cabinet de toilette individuel dans la majorité des maisons de retraite, mais cet aménagement n’est pas systématique. Par ailleurs, la plupart des personnes âgées hébergées en maison de retraite sont en perte d’autonomie et ne peuvent se laver seules. Or, lorsque le personnel soignant est en sous-effectif, la toilette est très rapide, et les résidents ne prennent pas de douche suffisamment souvent.
  • Repas : la maison de retraite dispose-t-elle d’une cantine ou d’un restaurant ? Quels sont les horaires de repas ? La nourriture est-elle préparée par un service de restauration interne ou bien par un prestataire externe ? Je dois suivre un régime particulier : le menu pourra-t-il être adapté ? Si je suis alité, pourrai-je prendre mes repas dans sa chambre ? Les repas peuvent constituer un moment de sociabilité privilégié pour les résidents d’une maison de retraite, et la convivialité du lieu de restauration est importante. De plus, la qualité de la nourriture, la possibilité d’adapter le menu pour les personnes suivant un régime particulier (régime sans sel par exemple), ainsi que le temps accordé à chaque repas sont des points essentiels à la préservation de la santé des résidents. Par ailleurs, certaines maisons de retraite acceptent qu’un résident malade garde la chambre et lui servent des repas en conséquence.
  • Animations : quelles sont les animations proposées au sein de la maison de retraite ? A quelle fréquence ? Sont-elles réalisées par des membres du personnel ou des intervenants externes ? Les animations peuvent constituer un temps fort du quotidien, et des animations régulières permettent de rythmer la journée. Mais pour cela, la nature de ces animations tout autant que les qualifications des animateurs sont déterminantes. De plus, l’intervention régulière de personnes extérieures à la maison de retraite suggère que cette dernière est ouverte sur son environnement.
  • Sorties : des sorties régulières sont-elles prévues ? L’organisation de sorties régulières et adaptées au degré d’autonomie des résidents est un signe d’ouverture de l’établissement sur son environnement. C’est également un moyen pour les résidents de rompre la monotonie du quotidien et de ne pas se couper du monde extérieur, tout en stimulant leurs fonctions intellectuelles.

La vie sociale

La vie en collectivité, si elle impose des contraintes, peut également permettre aux résidents de nouer de nouveaux liens affectifs et d’éviter l’isolement social. Voici les questions que vous pouvez poser :

  • Lieux de vie collectifs : y a-t-il un salon collectif, une salle de télévision ? Pourrai-je y accéder quand je le souhaite ? La présence de lieux de vie à l’aménagement chaleureux incite les résidents à rentrer en contact et à partager des moments de convivialité.
  • Loisirs : pourrai-je participer à des clubs de loisir (échecs, cartes, couture, cuisine, etc.) ? L’existence de clubs de loisir permet aux résidents de faire des rencontres selon leurs affinités et suggère que leur bien-être quotidien est pris en compte au sein de l’établissement.

L'environnement de la maison de retraite

L’architecture de la maison de retraite tout autant que les liens établis avec l’environnement extérieur contribuent à éviter que les résidents ne se trouvent isolés. Voici les questions que vous pouvez vous poser :

  • Accessibilité des locaux : j’ai du mal à me déplacer : les bâtiments sont-ils adaptés (mains courantes, rampes, etc.) ? Est-ce qu’il est facile de se rendre d’un endroit à un autre ? La possibilité de se déplacer sans difficulté concourt à la fois au maintien de l’autonomie des résidents et à leur socialisation.
  • Espaces verts : la maison de retraite a-t-elle un jardin ? Pourrai-je m’y promener comme je le souhaite ? La présence d’un jardin peut en particulier permettre aux personnes désorientées de profiter de l’extérieur dans un environnement sécurisé.
  • Liens avec l’environnement : la maison de retraite a-t-elle noué des relations avec le village d’à côté, ou la ville voisine ? Pourrai-je aller faire des courses aisément ? La semaine des résidents peut par exemple être rythmée par une sortie au marché, des courses chez les commerçants du quartier, etc. L’intervention d’associations locales dans la maison de retraite permet également d’inclure les résidents dans la vie de la cité.

Le respect de l'intimité et des convictions

La maison de retraite est le domicile de la personne âgée qui y réside : cette dernière a donc le droit au respect de son intimité tout autant qu’à celui de ses convictions religieuses et politiques. Quelques questions peuvent donner des indications sur le respect de ces droits :

  • Hébergement : pourrai-je changer de chambre en cours de séjour si j’en ai envie ? Il peut arriver qu’un résident souhaite pour des raisons personnelles passer d’une chambre double à une chambre individuelle, ou inversement. La possibilité de le faire témoigne du respect de la vie intime des résidents au sein de l’établissement.
  • Visites : pourrai-je recevoir mes proches dans un salon particulier ? Existe-t-il des horaires de visite ? Les résidents doivent avoir la possibilité de maintenir les relations avec leur entourage, et ce dans le respect de leur intimité.
  • Convictions religieuses : comment ma pratique religieuse sera-t-elle respectée dans la maison de retraite ? Pourrai-je assister à des offices religieux à proximité de l’établissement si je le souhaite ? L’entrée en maison de retraite ne doit pas entraîner le renoncement à ses convictions et l’arrêt des pratiques religieuses. Le non-respect des convictions religieuses d’un résident est une forme de discrimination et est répréhensible pénalement.