Aller au contenu
Médicaments

Sécurité des traitements médicamenteux : pour une généralisation de la préparation des doses

le 19 mars 2014
[Maisons-de-retraite.fr] - Seulement un patient sur deux souffrant d’une pathologie chronique suit correctement le ou les traitements prescrits, ce qui peut avoir des conséquences graves. Les personnes âgées et celles présentant certains handicaps sont les plus exposées à ces risques. L’Académie nationale de pharmacie estime que la préparation des doses à administrer (PDA) est l’une des solutions à ce problème.

La préparation des doses à administrer (PDA) consiste à préparer pour chaque patient les doses de médicaments à administrer, selon la prescription médicale, et donc en anticipant le séquencement et les moments des prises.

Au moment où se développe la PDA dans les établissements de santé, les maisons de retraite et en officine, l’Académie nationale de pharmacie estime nécessaire de réfléchir aux meilleures conditions de réalisation de ce service dans l’intérêt du patient.

Recommandations à tous les acteurs

L’Académie demande aux pouvoirs publics de publier au plus vite les textes sur le statut juridique et le volet financier de la PDA en officine, en EHPAD et en établissement de santé.

Elle invite les industriels à développer la présentation unitaire des médicaments et, pour les plus courants, des présentations en vrac. Ils pourraient aussi augmenter le nombre de dosages disponibles sur le marché français (comme en Allemagne) pour les médicaments correspondant aux besoins des personnes âgées.

Elle insiste sur l’importance de la coopération entre les laboratoires, le médecin prescripteur, le pharmacien et l’infirmier notamment.

Par ailleurs, elle demande aux patients et à leurs aidants :

  • de s’informer, lorsqu’ils en ressentent le besoin, sur les avantages de la préparation des doses à administrer pour les aider à mieux suivre leur traitement ;
  • de rester vigilants et de ne pas hésiter à demander conseil au pharmacien en cas de doute, la PDA ne garantissant jamais le risque zéro pour des produits qui comportent toujours des possibilités d’effets indésirables.      

 En EHPAD : 7 médicaments par jour en moyenne

Michèle Delaunay a prévu d’annexer à son futur projet de loi d’adaptation de la société au vieillissement, un plan national d’action sur le médicament adapté aux personnes âgées.

La ministre déléguée aux Personnes âgées et à l’Autonomie fonde sa réflexion sur le récent rapport du Pr Philippe Verger (« La politique du médicament en EHPAD »), selon lequel un patient résidant en établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) consomme en moyenne 7 molécules par jour.

La iatrogénie (désignant les troubles provoqués par un traitement médical ou un médicament) est responsable de plus de 10 % des hospitalisations des personnes de plus de 65 ans et de 20 % chez les octogénaires, rappelait le rapport.

Lire aussi :

Patients âgés : réduire le nombre de médicaments et la iatrogénie en EHPAD

Prévenir les erreurs médicamenteuses : 17 pharmaciens cliniciens au chevet des patients