Aller au contenu
Démographie

L'Insee prévoit l'arrivée de 375 000 personnes âgées dépendantes en Ehpad à l'horizon 2040

le 25 septembre 2013
Hausse du nombre de personnes âgées dépendantes [Hospimedia] - La Drees et l'Insee ont planché sur la projection des populations âgées dépendantes. "Les Dossiers solidarité et santé" reviennent sur les résultats de ces deux études. À l'épicentre de ces mutations, l'avancée en âge de la génération des baby-boomers.

En 2030, les baby-boomers deviendront papy-boomers en entrant dans la tranche des 80 ans et plus. D'après le scénario central établi par l'Insee fin 2010, en 2060, un tiers de la population aura ainsi plus de 60 ans, et la moitié d'entre elles, plus de 75 ans. Sans surprise, le nombre de personnes âgées dépendantes va lui aussi augmenter.

2,3 millions de français seraient dépendants en 2060

D'après les enquêtes trimestrielles et annuelles de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees), on comptait, début 2012, 1,2 million de bénéficiaires de l'Allocation personnalisée d'autonomie (Apa), dont 64% en Gir 3 et 4. Au total, 60% vivaient à domicile, et 40% en établissement. En 2060, le nombre de bénéficiaires doublerait, passant à 2,3 millions de la population française. La dépendance lourde (Gir 1 et 2), serait quant à elle caractéristique de la fin de vie. Pour le reste, trois hypothèses d'évolution se profilent. Au regard de l'allongement de la durée de vie (+5,3 ans pour les hommes et +4,9 ans pour les femmes), l'hypothèse optimiste postule d'un simple décalage dans le temps de la période de dépendance. L'hypothèse intermédiaire prévoit une légère augmentation de la  de la dépendance, et quand l'hypothèse pessimiste envisage d'une part la diminution de l'espérance de vie sans incapacité et une augmentation de la durée de vie en dépendance. Concrètement, le taux de dépendance en 2060 oscillerait entre 7,8 et 11,4%.(1)

Dégradation du ratio aidants-dépendants

Dans ce contexte, l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) s'inquiète des conséquences au regard de l'entourage des personnes âgées dépendantes. Selon l'institut, alors que les baby-boomers passeront du statut d'aidant à celui de personne âgée, "la proportion de personnes dépendantes susceptibles de recevoir de l'aide d'un proche pourrait se modifier", entraînant par là même une "dégradation du ratio" aidant-aidé. Deux facteurs seraient en cause : l'augmentation de l'âge moyen des personnes dépendantes (qui pourrait accroître le risque pour les aidants d'être eux-mêmes "en mauvaise santé ou décédés"), et la baisse du taux de fécondité après 1975. Une situation d'autant plus problématique pour les femmes âgées dépendantes, alors que seulement 19% d'entres elles vivront encore avec leur conjoint en 2040, contre 54% des hommes.

La population en Ehpad passerait de 35% en 2010, à 37% en 2040

D'après la Drees, en 2011, 84% des personnes dépendantes de Gir 1 résidaient en établissement. Le taux passait à 60% pour les Gir 2, à 34% pour les Gir 3, et à 21% pour les Gir 4. Alors que la corrélation entre le niveau de dépendance et hébergement en établissement est largement avérée, la répartition entre domicile et établissement risque d'être redistribuée dans les prochaines décennies.

La projection 2040 de l'Insee le confirme. "Le taux de croissance moyen du nombre de personnes résidants en Ehpad serait d'environ 2,2% par an, contre 1,9% par an pour les personnes âgées dépendantes vivant à domicile". Conséquence directe, la population en Ehpad passerait de 35% en 2010, à 37% en 2040. Une augmentation de l'ordre de 375 000 résidents.

(1) Ces données sont néanmoins à lire "avec précaution" pour la Drees. En effet, cette dernière juge la connaissance des différents déterminants de la dépendance et leur évolution sur une longue période "imprécise". En cause, le "peu d'enquêtes recensant de manière systématique les pathologies jugées responsables des situations de dépendance", notamment en ce qui concerne l'évolution de la maladie d'Alzheimer.

Logo HOSPIMEDIA

Article d'Agathe Moret publié le 20/09/2013 sur www.hospimedia.fr