Aller au contenu
Personnes âgées

Hommes et femmes ne sont pas égaux devant la dépendance

le 02 janvier 2012

[maisons-de-retraite.fr] Les femmes vivent plus longtemps et sont donc plus concernées par la perte d'autonomie. Elles représentent également la grande majorité des aidants familiaux, parfois au détriment de leur propre santé.

Les femmes vivent en moyenne six ans de plus que les hommes (84,5 ans en moyenne contre 77,8 ans pour leurs compagnons). Elles représentent ainsi 70% des 85-94 ans et 85% des plus de 95 ans. Comme l'âge moyen d'apparition de la dépendance est de 83 ans, les femmes constituent l'essentiel des bénéficiaires de l'allocation personnalisée d'autonomie (74% en 2007).
Toutefois, elles sont également moins à même que les hommes de financer de financer leur éventuelle dépendance. En effet, les inégalités de salaires et de carrière conduisent à des revenus moindres une fois la retraite venue. En 2009, une femme touchait une pension moyenne de 877 euros (hors réversion) contre 1.524 euros pour les hommes. La situation est peu susceptible de s'améliorer rapidement. En effet, en 2040, les pensions des femmes devraient encore être inférieures d'un quart à celles des hommes.
Les inégalités ne s'arrêtent pas là. En effet, 74% des aidants familiaux -prenant en charge tout ou partie des tâches de la vie quotidienne de la personne dépendante - sont des femmes. De plus, ces dernières passent plus de temps en moyenne à aider leur époux (9h45 par jour) ou un de leurs parents (4h30 par jour) que les hommes (7h20 par jour pour leur compagne et 2h40 pour un des parents). D'autre part, les tâches effectuées ne sont pas les mêmes. Ainsi, les filles interviennent dans tous les champs de la vie quotidienne - soutien moral, compagnie, soins personnels... - alors que les fils s'occupent principalement de tâches administratives ou des courses.
Or, dans 40% des cas, ce soutien est exercé en parallèle d'une activité professionnelle et peut avoir un impact sur celle-ci. Plus d'un tiers des aidants familiaux ont ainsi réduit leur temps de travail et pourraient donc voir leur retraite, ainsi que leur capacité à financer leur future dépendance, diminuées. Les femmes sont là encore particulièrement concernées. Ainsi, en 2003, 90% des hommes travaillaient à temps plein, contre 75% des femmes. Ce soutien a également des conséquences en termes de santé, puisque les aidants familiaux présentent un risque accru de troubles psychiques, en particulier de dépression. Ils sont par ailleurs susceptibles de négliger leur propre santé, accélérant ainsi leur propre entrée dans la dépendance.
Si les pouvoirs publics insistent sur la nécessité de prévenir la perte d'autonomie, une autre solution semble être le développement de l'aide professionnelle, à condition de pouvoir la financer.

Pour plus de renseignements :
http://www.ined.fr/fr/ressources_documentation/publications/pop_soc/bdd/publication/1564/