Aller au contenu
Autonomie

Chutes et conséquences psychologiques : les bénéfices de la réalité virtuelle

le 23 mai 2013
(maisons-de-retraite.fr) Chez les personnes âgées, les chutes sont fréquentes. Les conséquences traumatiques (fracturaires ou métaboliques) peuvent être importantes ; elles ne sont pas les seules. Les effets psychologiques, appelés syndromes post-chute, le sont aussi en matière de perte d’autonomie.

Etre physiquement capable de remarcher après une chute n’est pas une garantie d’autonomie chez une personne âgée.  Perte de confiance en soi, anxiété voire phobie, les conséquences psychologiques des chutes ne sont pas négligeables puisqu’elles peuvent contribuer à l’émergence d’un syndrome de stress post-traumatique (SSPT). L’anxiété au moment de la verticalisation peut engendrer une inhibition psychomotrice parfois responsable d’un confinement à domicile. Un premier pas, parfois, vers la dépendance et le placement en établissement.

Quelle prise en charge ?

Des similitudes entre les conséquences d’un SSPT et d’un syndrome post-chute semblent indiquer que les traitements dédiés au premier pourraient être adapté pour le second, notamment la thérapie par réalité virtuelle.

La réalité virtuelle permet de répéter régulièrement l’exposition à une situation redouté, une gradation dans les mises en situation, etc. Cette technique permet de travailler à la fois la dimension motrice et la dimension psychologique grâce à l’environnement interactif en 3D très réaliste.

 

Pour en savoir plus sur les chutes des personnes âgées et leurs conséquences, consultez notre dossier « chutes ».