Aller au contenu

Une semaine pour la continence urinaire

le 08 avril 2014
[Maisons-de-retraite.fr] - L’Association Française d’Urologie (AFU) organise chaque année depuis 2003 une Semaine d’information sur l’incontinence urinaire, ses origines, ses traitements et les moyens de préserver la continence urinaire. Jusqu’au 12 avril, la Semaine de la Continence urinaire a cette année pour thème l’urgenturie, trouble fréquent et handicapant.

Touchant plus de trois millions de personnes en France, l’incontinence urinaire se définit simplement par la perte involontaire d’urine par l’urètre. Pour les patients chez qui elle se manifeste, elle pose un problème d’hygiène personnelle et de relations sociales d’autant plus important qu’il leur est souvent difficile d’en parler, y compris à leur médecin.

L’incontinence par urgenturie désigne une envie impérieuse et difficilement contrôlable d’uriner, aboutissant le plus souvent à une perte d’urine. Elle se distingue de l’incontinence d’effort dans laquelle la perte d’urine n’est pas précédée par le besoin urgent d’uriner, mais consécutive à un effort (toux, éternuement, activité physique...). Ces deux types d’incontinence peuvent coexister chez un même patient.

Consulter un urologue

L’incontinence urinaire par urgenturie, qui peut survenir à tout âge et dans les deux sexes, ne doit jamais être considérée comme un symptôme banal, affirment les professionnels. Elle peut en effet être le signe d’une pathologie sous-jacente potentiellement grave : cystite, calcul vésical, tumeur de la vessie, maladie neurologique. C’est pourquoi une consultation chez un urologue est nécessaire.

Chez l’homme, sa cause la plus fréquente est l’hyperplasie bénigne de la prostate. Pour la femme, chez qui l’incontinence urinaire d’effort est plus fréquente, il est important que l’urologue pose un diagnostic précis.

Etablir ce diagnostic implique notamment la réalisation par le patient d’un calendrier mictionnel : horaire de chaque miction, volume, caractère spontané ou à l’effort, éventuels symptômes associés (par exemple, brûlure à la miction).

En fonction de la symptomatologie et des souhaits du patient, l’urologue proposera un traitement adapté. « L’urgenturie se soigne de mieux en mieux », affirme l’AFU.

 

Le site de l’Association Française d’Urologie (www.urofrance.org)  met à la disposition des patients et des professionnels de santé des informations utiles sur l’incontinence et ses traitements (fiches pathologies, fiches interventions, vidéos pédagogiques).

 

Consultez notre dossier sur l’incontinence urinaire

Lire aussi :

Une innovation dans le traitement de l'incontinence urinaire masculine

La semaine nationale de la continence urinaire s’intéresse aux personnes âgées

Touche pas à ma prostate : un ouvrage pour les malades et leur famille