Aller au contenu
Ehpad

Une expérience d’auto-évaluation de prise en charge de la santé bucco-dentaire des résidents

le 07 décembre 2015
Personnes âgées en Ehpad Pour évaluer la prise en charge, par les Ehapd, de leurs résidents, une équipe des Hospices civils de Lyon et l'Association santé orale, handicap, dépendance et vulnérabilité de Bron ont créé un outil d'auto-diagnostic soumis à 20 Ehpad.

En maison de retraite, la santé bucco-dentaire est essentielle puisque, peu ou mal prise en compte, elle peut conduire au développement de pathologies et à la dénutrition des personnes âgées dépendantes.

Dans chacun des 20 Ehpad (de tous statuts) concernés par l’initiative, l'auto-évaluation a été réalisée par un infirmier coordinateur ou un médecin coordonnateur autour de cinq thématique : la politique de santé orale, l’organisation générale, le matériel à disposition, la formation et les protocoles.

Des Ehpad bien équipés  en matière d’hygiène bucco-dentaire

Avec des brosses à dents et des dentifrices à disposition des résidents et des compresses, des bâtonnets et des boîtes à prothèses présents dans les Ehpad, les établissements sont bien équipés. 

Un peu plus de la moitié des structures disposent d'un chirurgien-dentiste référent et neuf ont un correspondant en santé orale.

Néanmoins, l'enquête indique également que "les gestes d'hygiène" se déroulent soit pendant la toilette, soit le soir au coucher. Seuls trois Ehpad sur 20 déclarent qu'une hygiène buccodentaire est réalisée matin et soir pour plus de deux tiers des résidents.

Un manque d’engagement institutionnel 

Si huit établissements déclarent être engagés dans un plan annuel de santé orale comprenant des actions de sensibilisation et de formation, deux Ehpad seulement sur les 20 de l’expérience ont inscrit la santé bucco-dentaire au programme de leur projet d'établissement.

En termes de formation, cinq établissements forment au moins une partie des soignants à leur arrivée dans la structure à l'hygiène bucco-dentaire, tandis que neuf délivrent une formation continue à une partie des soignants. 

Les auteurs de l’étude concluent que « les niveaux de prise en charge sont très variables selon les établissements ». Ils nuancent néanmoins leurs précédentes analyses en soulignant que le niveau d'exigence du manuel d'auto-évaluation.

 

[D’après Gérontonews.fr]