Aller au contenu
Parkinson

Un livret sur les médicaments dopaminergiques

le 18 avril 2011
[maisons-de-retraite] L’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) diffuse un document d’information à destination des patients et de leur entourage sur les risques, notamment les troubles compulsifs du comportement, associés aux médicaments dopaminergiques.

Elaboré avec des neurologues et des représentants d’associations de patients, ce dépliant est destiné à encourager les patients ou leur entourage à signaler à  leur médecin les effets indésirables des médicaments dopaminergiques, effets généralement réversibles après diminution du traitement.
 

Les dopaminergiques

Les médicaments dopaminergiques sont principalement indiqués chez les patients souffrant de la maladie de Parkinson. Ils permettent en effet d’améliorer les symptômes liés à la mobilité et d’atténuer les conséquences de la maladie sur la vie quotidienne. Certains d’entre eux sont également utilisés dans le traitement du syndrome des jambes sans repos ou dans le cadre de certains troubles endocriniens (hyperprolactinémie).

Ces traitement compensent le déficit en dopamine, substance naturelle produite par certaines celles nerveuses, qui intervient dans le contrôle des mouvements.

Effets indésirables 

Les médicaments dopaminergiques peuvent être à l’origine d’effets indésirables comme des troubles du comportement. Ces troubles du comportement peuvent avoir des conséquences sérieuses, notamment familiales, professionnelles et sociales.

Ils peuvent se manifester, par exemple, par une tendance à jouer de manière inconsidérée, à faire des achats coûteux et répétitifs, à manger de manière compulsive ou encore à éprouver une augmentation inhabituelle des désirs sexuels conduisant parfois à des conduites inappropriées.
 
 Il s’agit d’effets indésirables dits « de classe », c’est-à-dire qu’ils concernent l’ensemble des médicaments dopaminergiques. Ils sont très majoritairement rapportés chez des patients parkinsoniens traités à des posologies élevées ou avec plusieurs médicaments dopaminergiques.

Aussi, les patients et leur entourage doivent être vigilants quant à la survenue de troubles du comportement et les signaler à leur médecin car ces effets sont généralement réversibles après diminution des doses ou modification du traitement.
 

Un travail de concertation

La nécessité d’informer sur les effets indésirables des médicaments dopaminergiques était l’une des priorités exprimée lors des Etats Généraux des personnes touchées par la maladie de Parkinson (Livre Blanc - avril 2010). L’Afssaps a élaboré ce document avec le soutien de médecins neurologues et de représentants d’associations de patients comme France-Parkinson.