Aller au contenu
Autonomie

Un bénéficiaire de l'APA sur deux avait plus de 85 ans fin 2007

le 17 juin 2010

[APM] Un bénéficiaire de l'allocation personnalisée d'autonomie (APA) sur deux avait plus de 85 ans fin 2007, selon une étude de la direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees) sur les caractéristiques sociodémographiques des bénéficiaires de l'APA.

Cette étude est basée sur le recueil de données administratives individuelles anonymisées des bénéficiaires de l'APA.

Fin 2007, les trois quarts des bénéficiaires étaient âgés de 79 ans ou plus et un quart des bénéficiaires avaient plus de 89,5 ans. Si un bénéficiaire sur deux a plus de 85 ans, seuls 5% d'entre eux ont moins de 70 ans.

La proportion de bénéficiaires de l'APA dans l'ensemble des personnes âgées de 75 ans ou plus s'élève à 17%.

Parmi les 1 063 700 personnes bénéficiaires de l'APA en métropole en 2007, un quart sont des hommes.

Les personnes évaluées en GIR 1 ou 2 (situation de dépendance lourde) représentent 36% de l'ensemble des bénéficiaires. Cette part varie fortement avec l'âge: 32% à 70 ans, 40% à 90 ans, plus de 50% au-delà de 95 ans.

En outre, 61% vivent à domicile et 39% en établissement. Au-delà de 92 ans, les bénéficiaires de l'APA sont majoritairement en établissement.

Les bénéficiaires de l'APA en établissement sont le plus souvent célibataires, divorcés ou veufs: 88% de femmes sont dans ce cas contre 69% des hommes.

Un bénéficiaire de l'APA sur deux a des ressources mensuelles supérieures à 938 euros, mais, pour un bénéficiaire sur quatre, les ressources sont inférieures à 670 euros.

En 2007, 387.000 nouveaux bénéficiaires de l'APA sont rentrés dans le dispositif, dont 294.000 à domicile et 93.000 en établissement. Les personnes évaluées en GIR 1 ou 2 représentent une part beaucoup plus importante des nouveaux bénéficiaires en établissement (45%) qu'à domicile (26%).
(Drees, Etudes et résultats, n°730, juin 2010, huit pages)

mh/ab/APM polsan
redaction@apmnews.com

logo APM (Agence de Presse Médicale)

PARIS, 16 juin 2010