Aller au contenu

Un Prix pour encourager la bientraitance architecturale

le 30 juin 2014
[Maisons-de-retraite.fr] - L’architecture possède de véritables vertus thérapeutiques : surface des chambres, couleurs, lumière, jardins thérapeutiques… Le Prix CNSA Lieux de vie collectifs & autonomie met en lumière quelques-uns de ces projets exemplaires.

Les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) accueillent de plus en plus de personnes polyhandicapées ou présentant des troubles cognitifs, comme les malades Alzheimer, et les lieux de vie doivent s’adapter aux besoins particuliers de ces résidents. L’architecture possède en effet de véritables vertus thérapeutiques : en travaillant sur l’agencement intérieur (surface des chambres, couleurs, lumière, espaces collectifs, circulation) et les espaces extérieurs (jardins thérapeutiques, accessibilité), il est possible de prévenir la désorientation, d’améliorer sensiblement le quotidien des résidents et des personnels ou de faciliter le passage du domicile vers la maison de retraite.

Chaque année, la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA) décerne des prix à des étudiants architectes aux idées innovantes et à des établissements exemplaires, où l’architecture se met au service de l’autonomie des résidents. Cette année, près de quarante binômes gestionnaires-architectes et étudiants ont participé au concours. Le jury présidé par l’architecte Thierry Van de Wyngaert a attribué :

- Le Prix de la réalisation médico-sociale pour personnes âgées (30 000 euros) au Villâge des aubépins. Un établissement public autonome situé à Maromme en Seine-Maritime, réalisé avec le concours de l’agence Ad Quatio. Pensé comme une véritable plateforme de services, l’établissement propose des places d’accueil de jour, en hébergement temporaire, un pôle d’activités et de soins adaptés, des sessions de formation pour les aidants, du « baluchonnage ». Le jury a également apprécié le choix du gestionnaire de ne pas créer d’unité spécifique pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer pour éviter toute stigmatisation, mais de concevoir une résidence qui réponde entièrement à ce besoin. Conçu de manière à privilégier les liens intergénérationnels avec une rue traversante accueillant des commerces, l’établissement est organisé comme un village et le soutien de la citoyenneté est omniprésent.

- Le Prix de la réalisation médico-sociale pour personnes handicapées (30 000 euros) au Foyer d’accueil médicalisé de Coulomme (photo), situé à Sauveterre-de-Béarn dans les Pyrénées-Atlantiques. Un établissement réalisé conjointement par l’association BTP résidences médico-sociales, la SCI REVICAP et la Mutualité sociale agricole Sud Aquitaine, avec le concours du cabinet d’architecte Thierry Meu et Christian Lalucaa. Adossé à un établissement d’hébergement permanent pour personnes âgées dépendantes, le foyer accueille et accompagne des personnes handicapées mentales vieillissantes au moment où leur évolution personnelle ou celle de leur entourage ne leur permet plus de rester dans leur milieu de vie. Il permet un accompagnement tout particulier des personnes handicapées avançant en âge.

- Le Prix du concours d’idées (12 000 euros) à Samuel Odic, étudiant à l’école nationale supérieure d’architecture Paris-Malaquais pour son projet intitulé « Le village gastronomique » ; un projet dédié au bien vivre de toutes les générations qui place l’Ehpad au centre d’un pôle gastronomique. Samuel Odic a choisi de réhabiliter le marché couvert des Batignolles, un bâtiment vieillissant construit dans les années 1970, pour implanter un Ehpad au cœur du 17e arrondissement de Paris. Le pôle regrouperait, aux différents étages du bâtiment,la maison de retraite, un marché alimentaire, une école de cuisine, un restaurant gastronomiqueetune serre.

- Une mention spéciale à Anne-Juliette Defoort, étudiante à l’école nationale supérieure d’architecture Paris-Belleville, pour son projet « Le quartier du dogger ». Dans un quartier existant de Mitry-Mory (Seine-et-Marne), le projet repose sur la création d’un réseau d’espaces publics (thermes, bassins japonais, etc.) et privés. La maison de retraite se présente sous la forme d’une dizaine d’unités de vie construites ou réaménagées sur les parcelles de la commune.

 

Plus d’infos : www.prix-autonomie.cnsa.fr

 

 

Consultez notre dossier : Bien choisir sa maison de retraite.

Lire aussi :

La bientraitance architecturale en Ehpad fera l'objet d'une convention interministérielle

Architecture de lieux de vie pour personnes âgées : la CNSA récompense des étudiants versaillais