Aller au contenu
Alzheimer

Peu de malades jeunes accueillis en institution

le 09 décembre 2010

[Hospimedia]  Peu de personnes de moins de 60 ans souffrant de la maladie d'Alzheimer ou des maladies apparentées vivent en institution (moins de 3%) et en grande majorité dans les EHPAD (80%). Les services psychiatriques accueillent quant à eux les 20% restant, souvent temporairement le temps d'orienter vers une autre structure.

La Fondation Médéric Alzheimer a réalisé début 2010 une enquête pilote dans la région Nord-Pas-de-Calais et en Rhône-Alpes visant à estimer le nombre de malades Alzheimer jeunes vivant dans des structures collectives (EHPAD, établissements pour adultes handicapés et services d'hospitalisation en psychiatrie adulte). Elle vient de restituer ses résultats dans sa lettre de décembre (n°17). Sur les 1556 structures ayant répondu, 166 ont déclaré héberger au moment de l'enquête 464 personnes de moins de 60 ans présentant un syndrome démentiel (soit 5 personnes hébergées sur 1000). Parmi elles, 43 étaient atteintes d'une maladie d'Alzheimer ou apparentée.

En EHPAD, 0,21% des places sont occupées par des malades jeunes, soit 2 places pour 1000. Ils entrent en premier lieu pour des troubles psychotiques et des syndromes démentiels. Et leur hébergement entraîne une importante remise en question des équipes soignantes. En effet, 83% des structures s'estiment non adaptées à l'accueil de malades d'Alzheimer jeunes. Trois causes sont citées : obstacles liés au fonctionnement de la structure (équipe non formée, locaux et animations non adaptés), raisons plus institutionnelles (règlement administratif, vocation gériatrique, admission réservée aux personnes autonomes) et raisons liées aux caractéristiques des malades jeunes (personnes demandant une prise en charge plus importante et présentant des troubles physiques ou comportementaux). Les établissements s'estimant adaptés pour cet accueil mettent quant à eux en avant leur capacité à ajuster le projet de soins et de vie.

Avec prudence, la fondation estime en outre qu'un peu plus de 2% des lits de psychiatrie sont occupés par des malades jeunes atteints d'un syndrome démentiel, en centres hospitaliers spécialisés principalement, et ce temporairement étant donné le refus, en premier lieu, des EHPAD ou leur manque de place.

"Quel que soit le type de structures, l'opinion est largement partagée de la difficulté d'accueillir des malades Alzheimer jeunes. Sont mis en avant tant la nécessité d'une formation spécifique du personnel que le besoin d'organiser des animations adaptées ou les difficultés d'ordre administratif", souligne enfin la fondation.

  Article paru le 06.12.10 sur www.hospimedia.fr