Aller au contenu
Médicaments

Patients âgés : réduire le nombre de médicaments et la iatrogénie en EHPAD

le 13 février 2014
Infirmière avec personne âgée [Maisons-de-retraite.fr] - S’appuyant sur le récent rapport du Pr Philippe Verger, directeur de la politique gérontologique au CHU de Limoges, selon lequel un patient résidant en établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) consomme en moyenne sept molécules par jour, Michèle Delaunay propose des mesures pour réduire le volume des prescriptions et encourager les médecins à prévenir le risque iatrogénique.

La ministre déléguée aux Personnes âgées et à l'Autonomie, Michèle Delaunay, a prévu d’annexer à son projet de loi d’adaptation de la société au vieillissement - dont Jean-Marc Ayrault a clos la phase de concertation le 12 février - un plan national d’action sur le médicament adapté aux personnes âgées.

La iatrogénie médicamenteuse, qu’est-ce que c’est ?

Ce terme désigne les effets indésirables provoqués par les médicaments. Elle regroupe des symptômes très divers depuis la simple fatigue jusqu'à l'hémorragie digestive, ou encore la fracture de la hanche. Si toutes les personnes sont potentiellement concernées par la iatrogénie médicamenteuse, l'exposition à ce risque est plus grande avec l'âge, notamment chez les personnes consommant plusieurs médicaments.

À partir de 65 ans, si la consommation importante de médicaments est souvent justifiée, l'élimination de ceux-ci est plus lente, l'organisme est plus sensible, et les effets indésirables sont deux fois plus fréquents et plus graves : la iatrogénie est en effet responsable de plus de 10 % des hospitalisations des plus de 65 ans, et de 20 % chez les octogénaires, précisait le rapport du Pr Verger.

Un plan en 4 axes

Le plan national d’action sur le médicament proposé par Michèle Delaunay se décline en 4 axes stratégiques, à savoir :

  • limiter un recours inadéquat aux médicaments, en favorisant les stratégies de soins et d'accompagnement alternatives et/ou complémentaires chaque fois que cela est possible ;
  • aider les médecins à gérer au mieux le risque de consommation inadéquate de médicaments chez la personne âgée ;
  • favoriser l'observance et développer l'accompagnement pharmaceutique ;
  • améliorer la qualité de la prise en charge médicamenteuse pour les résidents en maison de retraite.

Limiter les risques en maison de retraite

Le 3ème axe de ce plan prévoit notamment d'engager une réflexion sur la mise à disposition du dossier pharmaceutique dans les établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD).

En ce qui concerne le dernier axe, le plan médicament qui suit de nombreuses propositions du rapport réalisé par le Pr Verger, encourage les EHPAD à mettre en place "une véritable stratégie de prévention du risque médicamenteux", dont il donne d'ailleurs le mode d'emploi.

Un comité de suivi de ce plan médicament est prévu : un premier état d'avancement doit être transmis à Michèle Delaunay et à la ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine, au plus tard le 30 juin prochain.

Pour plus d’informations : site du ministère des Affaires sociales et de la Santé

Sur le même sujet :

Les personnes de 75 ans ou plus consomment en moyenne et régulièrement sept médicaments différents

Personnes âgées : un peu plus de 600 millions annuels pour le maintien à domicile

Après 65 ans, 1 femme sur 3 consomme des psychotropes