Aller au contenu
Architecture

Lieux de vie pour les personnes âgées : trois projets d’étudiants en architecture distingués

le 25 juin 2015
Logement individuel personnes âgées Allier les innovations architecturales avec la fonctionnalité des lieux de résidence et le bien-être des personnes âgées. Pour répondre à cet enjeu, la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA) organise le « Prix CNSA Lieux de vie collectifs et autonomie ». Il récompense cette année la créativité de trois futurs architectes.

Le Prix du concours d’idées a été décerné au projet Habiter le chemin de faire, élaboré par les étudiantes parisiennes Juliette Capdevielle et Lise Marche, en raison de sa dimension humaine. L’idée est de concevoir un lieu d’hébergement collectif qui soit proche de l’habitat domestique. L’objectif ? Améliorer la qualité de vie des résidents et les intégrer davantage dans la dynamique du quartier. Le tout en articulant vie collective et espaces privatifs.

Ville et lieu de vie

Le projet L’Ehpad en réseau dans la ville, porté par les étudiants Benoît Christophe et Etienne Hemery, a obtenu une mention spéciale du jury. Il s’inscrit dans un environnement très urbain et développe un travail précis sur « les espaces, l'ergonomie des lieux et la domotique », indique la CNSA dans son communiqué de presse. A une « maison mère » constituée d’un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) et d’un cœur de vie avec des services (bibliothèque, accueil de jour, etc.) répondent des logements individuels partagés avec des jeunes.

Enfin, le projet Vie l’âge, porté par Aude-Lise Garcia, Emilie Granier et Melissa Pizovic,s’est également distingué lors du concours en proposant, dans l’Hérault, des petites entités reliées entre elle par des artères. Cette promenade programmatique en territoire rural s’inspire du béguinage  et des modèles du nord de l’Europe.

Faire du « fonctionnel, solide et beau »

Les attentes du jury reposaient sur des idées pouvant se concrétiser en conditions réelles, à court terme. Pour le président du jury, Thierry Van de Wyngaert, la maison de retraite de demain doit en effet ressembler à « un lieu d’architecture qui réponde à la définition de Vitruve, c’est-à-dire fonctionnel, solide et beau ».

Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.prix-autonomie.cnsa.fr