Aller au contenu
Perte d'autonomie

Les aidants familiaux assez isolés dans leur rôle

le 12 octobre 2015
Aidant familial assistant un proche lors d'un repas Alors que s’est tenue, le 6 octobre dernier, la Journée nationale des aidants, des enquêtes montrent que les aidants sont isolés. Isolés face à leur proche puisqu’ils ne connaissent pas toujours les dispositifs de répit ; isolés socialement puisque leur rôle d’aidant est souvent mal connu. Explications, chiffres à l’appui.

Alors que 8,3 millions de Français aident un proche en situation de perte d’autonomie aujourd’hui en France, une journée nationale – sous le haut patronage du président de la République – leur est consacrée début octobre. L’occasion de placer un rôle vécu pour 54 % des aidants comme normal (seule 1 Français sur 10 le considère comme une contrainte sociale ou économique) sous les feux des projecteurs. Et d’autant que la Journée s’inscrit bien, cette année, dans le calendrier de vote de la loi sur l’adaptation de la société au vieillissement de la population, loi qui instaure une meilleure reconnaissance du rôle des aidants en ouvrant à ceux-ci de nouveaux droits. 

Des Français qui méconnaissent le rôle des aidants tel qu’il est reconnu par les institutions

Il faut dire que, toujours selon une enquête Opinion way pour l’Association pour la Journée nationale des aidants, 61 % des Français considèrent l’aidant type comme un professionnel de l’accompagnement à domicile, un bénévole associatif ou un professionnel de santé.

Par ailleurs, « s’ils sont 69 % à avoir entendu parler des aidants, [les Français] sont plus nombreux (71 %) à confier ne pas savoir précisément à quoi correspond ce terme ».

Un manque d’information sur les aides possibles

Isolés, les aidants familiaux le sont aussi par manque d’informations. C’est en tout cas ce que révèle une enquête en ligne réalisée par l’organisme Cap Retraite. Selon les résultats, 63 % des aidants ne connaissent ni les solutions de répit qui leur sont destinées (accueil de jour, hébergement temporaire en maison de retraite, etc.), ni les structures de soutien qui leur sont consacrées (associations, CLIC, CCAS, groupes de parole, etc.).

Ce manque d’informations pourrait alors expliquer que plus de 6 aidants sur 10 disent se sentir isolés dans leur quotidien.

> Pour en savoir plus, consultez notre dossier Accompagner un proche âgé