Aller au contenu

Les Français ont peur de devenir dépendants

le 24 juin 2014
[Maisons-de-retraite.fr] – La France compte 15 millions de personnes de 60 ans et plus aujourd’hui, et ce nombre atteindra plus de 20 millions en 2030. Comment les Français perçoivent-ils les problématiques liées au vieillissement ? Un sondage éclaire cette question.

Tandis que la loi d'adaptation de la société au vieillissement sera examinée en juillet en commission des Affaires sociales par les députés, les premiers résultats du baromètre BVA santé sur le vieillissement* proposent un éclairage supplémentaire sur l’état de l’opinion publique française. 

« Senior » : pas avant 60 ans

Le sondage révèle que 63 % des sondés se sentent personnellement concernés par la prise en charge du vieillissement et de la dépendance. En France, et contrairement à un vocabulaire du monde de l’entreprise, on se sentirait « senior » à partir de 60 ans et non à partir de 50 ans. Les 50-59 ans ne sont que 25 % à accepter d'être qualifiés de « senior ».

Principal crainte, être soi-même dépendant

Globalement, 8 Français sur dix (78%) ont peur de devenir dépendants, et un sur deux (48%) d'avoir à s'occuper d'un proche devenu dépendant. Les sondés sont ainsi « davantage effrayés par la perspective de devenir dépendant que d'avoir à s'occuper d'un proche dépendant », relève BVA.
9 personnes interrogées sur 10 se disent "en priorité préoccupées par le suivi des maladies chroniques et l'isolement des seniors".

Qui doit payer ?

Le grand public et des leaders d'opinion interrogés donnent aussi leur vision de la future loi. Ils considèrent majoritairement (68% des leaders d'opinion) que l'accompagnement de la perte d'autonomie doit être l'axe prioritaire de cette loi, bien avant l'adaptation de la société au vieillissement ou l'anticipation du vieillissement.

Pour une majorité de Français, le financement de la prise en charge du vieillissement devrait avant tout incomber à la Sécurité sociale (44% pour les caisses de retraite, 35% pour les caisses d'assurance maladie) ainsi qu'à l'Etat (36%).

Dans le même temps, près d’un quart des Français et près d’un tiers des seniors se déclarent prêts à contribuer à cette prise en charge.

Nouvelles technologies

Ce sondage est aussi l'occasion de faire un focus sur les apports des nouvelles technologies. Ces dernières seraient pour 4 sondés sur 5 "une réponse efficace pour le suivi de certaines maladies chroniques et la sécurité domestique des seniors". Les apports envisagés par les nouvelles technologies - comme un meilleur suivi des traitements, le maintien d'un lien social, la sécurisation du domicile des seniors... - semblent donc faire consensus.

 

* Sondage réalisé pour Orange Healthcare et la mutuelle MNH en partenariat avec le Figaro santé et la chaire santé de Sciences Po. Réalisé en ligne du 17 au 23 avril auprès de 1 390 personnes, dont 407 seniors et 448 aidants, et du 3 au 21 mars auprès de 236 "leaders d'opinion" issus des secteurs politique, économique et médiatique.

 

 

Consultez notre dossier : Evaluer la perte d’autonomie

Lire aussi :

Personnes âgées : un peu plus de 600 millions annuels pour le maintien à domicile

Un tiers des Français aident ou ont aidé une personne âgée dépendante selon un sondage Opinion Way

Les résidences services seniors intéresseraient un Français sur deux

Les plus de 70 ans veulent être autonomes et se réaliser personnellement !

Financement de la dépendance: le penchant des Français pour la solidarité nationale progresse