Aller au contenu

Lancement du Plan national maladies neuro-dégénératives 2014-2019

le 21 novembre 2014
[maisons-de-retraite.fr] - Le 18 novembre dernier, Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes, Geneviève Fioraso, secrétaire d’Etat chargée de l’Enseignement supérieur et de la recherche, et Laurence Rossignol, secrétaire d’Etat chargée de la Famille, des Personnes âgées et de l’Autonomie ont lancé le Plan national maladies neuro-dégénératives 2014-2019. Ce plan fait suite au plan Alzheimer 2008-2012 et est désormais élargi à l’ensemble des maladies neuro-dégénératives (Alzheimer, Parkinson, Huntington, Sclérose en plaques…).

Le Gouvernement souhaite inscrire ce plan scindé en 3 grandes priorités, dans une dynamique de progrès en matière de recherche, de soins et d’accompagnement : 

  • 1ère priorité : Améliorer le diagnostic et la prise en charge des malades à travers une coordination renforcée entre le médecin traitant et le neurologue, la mise en place de nouveaux dispositifs MAIA (Maisons pour l'autonomie et l'intégration des malades d'Alzheimer) ou encore le développement de l’éducation thérapeutique.
  • 2ème priorité : Assurer la qualité de vie des malades et de leurs aidants via une augmentation de l’accompagnement à domicile, le renforcement du soutien aux aidants, des programmes d’accompagnement des personnes malades et de leurs aidants, le maintien dans l’emploi ou la réinsertion professionnelle chez les malades jeunes.
  • 3ème priorité : Développer et coordonner la recherche en renforçant les outils de connaissances. 

Comment faire plus avec moins ? 

Pour financer ce plan, 470 millions d’euros sur cinq ans vont être débloqués dont 200 millions dédiés à la recherche et 270 millions pour financer les mesures sanitaires et  médico-sociales. Un financement relativement timide compte tenu du budget dégagé pour le précédent plan Alzheimer (2008-2012) lancé par Nicolas Sarkozy et à hauteur de 1,6 milliard d’euros. Selon Marie-Odile Desana, présidente de France Alzheimer, ce financement « n’est pas à la hauteur des ambitions » du plan et « ne permettra pas de faire des choses rapidement lisibles pour les personnes sur le terrain. » L’élargissement du plan aux autres maladies neuro-dégénératives nécessite « des prises en charge spécifiques dans le respect des besoins concrets des personnes », rappelle la présidente. Un budget amputé de 1 milliard 130 millions d’euros qui doit désormais répondre aux besoins de plus d’un million de personnes malades et de plus de quatre millions en y intégrant leurs aidants. On rappelle qu’aujourd’hui la France compte 850 000 personnes touchées par la maladie d’Alzheimer, 15 000 par la maladie de Parkinson, et 85 000 pour la Sclérose en plaques.

 

Consultez le communiqué de presse ainsi que le plan sur le site du ministère de la Santé  http://www.social-sante.gouv.fr/actualite-presse,42/communiques,2322/une-nouvelle-dynamique-engagee-en,17511.html

Découvrez nos dossiers liés François Hollande veut prolonger le plan Alzheimer et l'élargir aux maladies neuro-dégénératives et Nicolas Sarkozy dresse un bilan positif du Plan Alzheimer