Aller au contenu
Personnes âgées

La retraite a un impact positif sur la santé

le 20 décembre 2010

  [maisons-de-retraite.fr] "Le travail c'est la santé ; rien faire, c'est la conserver" : cette célèbre chanson d'Henri Salvador - qui travailla jusqu'à 90 ans ! - se trouve confirmée par une très sérieuse étude internationale réalisée sur un échantillon de 14.000 salariés et retraités français.

Menée par une équipe internationale - dont un chercheur de l'Inserm (Institut national de la santé et la recherche médicale) -, l'étude a été publiée dans le prestigieux "British Medical Journal" (BMJ). Elle s'appuie sur l'étude d'une cohorte française, autrement dit d'un groupe de personnes suivies durant une période plus ou moins longue. En l'occurrence, cette cohorte était composée de 14.104 salariés (11.246 hommes et 2.858 femmes) de l'industrie électrique et gazière française, d'où le nom de GAZEL donné à la cohorte. Les personnes volontaires étaient incorporées à l'étude sept ans avant leur départ en retraite et suivies jusqu'à sept ans après leur départ en retraite, soit sur une période de 14 ans. Durant cette période, chaque salarié ou retraité participant recevait, au mois de janvier, un questionnaire détaillé sur son état de santé. Au total, l'étude a duré près de vingt ans, entre 1989 et 2007. Objectif : déterminer si le départ en retraite s'accompagne de changements significatifs dans l'état de santé, à travers le nombre de survenues de maladies chroniques (maladies respiratoires ou coronariennes, diabète...), de symptômes dépressifs et d'états de fatigue.

Sur le plan méthodologique, la principale difficulté de l'étude était de distinguer la survenue de maladies chroniques liées au vieillissement (l'incidence de ces maladies s'accroissant avec l'âge) de celles directement imputables à l'activité professionnelle ou à son interruption. Par ailleurs, comme le rappelle l'étude, il faut prendre en compte le fait que les salariés de l'industrie électrique et gazière (en l'occurrence ceux d'EDF-GDF) bénéficient de conditions de travail plus favorables que la moyenne des salariés : sécurité de l'emploi, possibilité de mobilité professionnelle tout en restant dans l'entreprise, départ en retraite entre 55 et 60 ans selon le type d'emploi occupé...

Sous ces réserves, l'étude montre que la retraite n'a pas d'effet sensible sur le risque de maladies chroniques ou d'accident cardiovasculaire. La prévalence de ces événements s'accroît certes avec l'âge, mais le passage à la retraite ne modifie pas l'évolution des courbes. En revanche, la retraite semble avoir un effet très bénéfique sur les états de fatigue et, à un degré légèrement moindre, sur les états dépressifs. Cette amélioration vaut tout particulièrement chez les personnes qui souffrent par ailleurs d'une maladie chronique. Elle se manifeste principalement dans les deux ans qui suivent le départ en retraite. Ainsi que l'indiquent les auteurs de l'étude, ces résultats "pourraient avoir d'importantes implications à la fois pour les pouvoirs publics et pour les médecins du travail, étant donné les enjeux majeurs du vieillissement de la population".

Vous pouvez consulter l'article du British Medical Journal en ligne.