Aller au contenu
Dépendance

La prise en charge du grand âge, enjeu crucial pour les Français

le 17 mai 2011

[maisons-de-retraite.fr] La Fédération hospitalière de France (FHF) et Le Mensuel des maisons de retraite présentent, avec l'institut TNS Sofres, une étude sur la perception de la prise en charge du grand âge. Mené tous les deux ans, juste avant le salon Geront expo, ce baromètre permet de mesurer les évolutions de l'opinion sur le sujet.

La dépendance est une expérience partagée par un nombre croissant de Français. Pas moins de 36 % d’entre eux déclarent avoir, dans leur entourage proche, une personne âgée dépendante, c’est-à-dire en perte d’autonomie physique ou psychique.

C’est dans ce contexte que la concertation nationale sur les sujets du « cinquième risque » et de la dépendance a été lancée et que l’on constate que la prise en charge du grand âge concerne voire inquiète les Français. Plus de 50% des Français déclarent qu'ils ne « se sentiraient pas capables » de prendre en charge une personne âgée dépendante de leur entourage. Plus d'un sur quatre (28%) se dit même « totalement démuni » ou « pas du tout capable ».

Une population critique envers l’action publique

A ce sentiment d’impuissance personnelle s’ajoute une incapacité financière.  42 % des sondés se disent incapables de payer le coût moyen mensuel de 2 200 euros pour un hébergement en maison de retraite si un de leurs proches devaient recourir à cette solution. Pour payer, il faudrait une aide des parents ou des enfants, une vente d’une partie du patrimoine… Selon Jean Leonetti, président de la Fédération hospitalière de France et député UMP des Alpes-Maritimes, « cette étude montre qu’il sera indispensable d’établir un socle de solidarité nationale pour répondre à ce problème » avant d’ajouter que « si l’on retardait de six mois l’entrée en Ehpad, on économiserait huit milliards d’euros sur vingt ans, soit la somme manquante pour financer la dépendance ». 

La majeure partie de la population (67 %) juge que la prise en charge, par les pouvoirs publics, des personnes âgées  n’est pas satisfaisante. Ce sentiment est sans doute alimenté par un déficit d’information perçu : 63 % des Français se disent mal informés. Ce constat est cependant à nuancer en fonction de l’âge des sondés. Les seniors sont plus satisfaits que leurs cadets : 50 % des 75 ans et plus sont satisfaits de l’action des pouvoirs publics soit un saut de 14 points par rapport à 2009.

Une mauvaise image des maisons de retraite à nuancer

52% des personnes interrogées ont une mauvaise opinion des maisons de retraite, contre 39% une bonne opinion. Pour 97% des personnes interrogées, c'est le coût qui pose problème et, pour 84%, c'est le manque de places. Pour que leur opinion puisse changer, les sondés réclament des moyens humains, « le plus fréquemment » des personnels qualifiés supplémentaires mais aussi un encadrement renforcé des personnels, la présence d'un personnel médical permanent ou encore la mise en place de structures d'écoute et d'accompagnement des personnels. Les métiers autour des maisons de retraite sont donc jugés attractifs.