Aller au contenu

L’UFC-Que Choisir tire le signal d’alarme sur la sur-prescription des médicaments aux personnes âgées

le 04 février 2015
bsip [maisons-de-retraite.fr] - Le 28 janvier dernier, l’association UFC-Que Choisir publiait une étude portant sur la sur-prescription de médicaments aux personnes âgées.

« Inefficaces », « potentiellement dangereux » c’est ainsi que qualifie l’association concernant les ordonnances analysée, prescrivant au moins cinq médicaments et dispositifs médicaux à des patients âgés de plus de 75 ans : « les ordonnances collectées contenaient 8,6 médicaments, avec un maximum de 21 médicaments pour une seule personne »… « Près de quatre (ordonnances) sur dix sont potentiellement dangereuses pour les patients âgés » car elles prescrivent au moins un médicament « potentiellement inapproprié ».

Dans le viseur de l’association: les somnifères et les tranquillisants prescrits qui peuvent occasionner des « risques de somnolences, des troubles de la mémoire (…) et des chutes. » A cet effet, l’UFC demande que la « dé prescription » soit « incluse dans les critères de rémunération à la performance des médecins, et que la Haute Autorité de Santé fasse de ce sujet une priorité de travail. »

Conscients du problème, les médecins jugent toutefois que la sur-prescription répond à une demande du patient et que la régularité de la prescription les rassure.

La technologie au service de la santé

Le 16 février prochain, une nouvelle version de l’application européenne  My eReport  verra le jour. Pour rappel, cette application permet à toute personne de déclarer les effets indésirables des médicaments. Son concept est le suivant : la personne qui déclare un effet reçoit instantanément l’adresse email du destinataire chargé de prendre en compte sa déclaration.