Aller au contenu

L’Espace éthique Alzheimer à la croisée des chemins

le 09 octobre 2014
Espace éthique Alzheimer [maisons-de-retraite.fr] – Elargir son université d’été aux maladies neuro-dégénératives, voilà ce qu’à souhaité faire l’Espace national de réflexion éthique sur la maladie d’Alzheimer (Erema) du 6 au 9 octobre dernier à Montpellier.

En cohérence avec le plan gouvernemental Alzheimer qui doit être annoncé le 28 octobre prochain, l’Erema a choisi de placer six maladies ou groupes de maladies au cœur des débats pour son Université d’été 2014 : lamaladie d’Alzheimeret lesdémencesapparentées, lamaladie de Parkinson, lasclérose en plaques, lachorée de Huntington, lasclérose latérale amyotrophiqueet lesataxies.

Bien que ces maladies apparaissent différemment, il apparaît essentiel aux yeux du Pr Emmanuel Hirsch de « trouver des réponses communes » à des maladies qui ont toutes « un impact significatif sur la qualité de vie des patients, de leur famille, des aidants, sur le système de santé » selon les termes qu’il a employés auprès de l’APM. Sur le site Internet de l’Erema, est évoquée une « attention nouvelle sur les situations de vie communes à ces maladies ».

 

Quand chronicité rime avec société

Pour sa 4e édition, l’Université d’été de l’Espace national de réflexion éthique sur la maladie d’Alzheimera ainsi souhaité associer à ses réflexions d’autres réalités « sociales et humaines ». Une table ronde intitulée « Vivre lachronicité » a ainsi abordé la question des discriminations ou stigmatisations sociales.  

Ainsi, du 6 au 9 octobre, professionnels de santé du secteur sanitaire et médico-social, proches, responsables sociaux et politiques, bénévoles associatifs, philosophes, sociologues et économistes ont pu échanger.

 

  

Consultez nos articles liés 21ème journée mondiale de lutte contre la maladie d’Alzheimer : un plan d’action annoncé et François Hollande veut prolonger le plan Alzheimer et l'élargir aux maladies neurodégénératives