Aller au contenu
Musique et santé

Face au vieillissement, en avant la musique !

le 17 février 2014
[Maisons-de-retraite.fr, avec AFP] - On savait déjà que la musique adoucissait les mœurs ; elle adoucit aussi la vieillesse en agissant sur la mémoire et la motricité, selon les chercheurs invités à un colloque organisé par la Sacem le 11 février.

En partenariat avec notamment l’association Musique et Santé et l’Inserm, la Société des Auteurs, Compositeurs et Editeurs de musique (Sacem) a souhaité montrer lors du colloque « Musique, Sciences et Santé : accord majeur » comment la musique interagit avec le cerveau, le stimule, aide à la concentration, influence et adoucit nos émotions.

« La musique n'active pas une zone, mais plusieurs régions du cerveau », a expliqué Hervé Platel, professeur de neuropsychologie, dont les travaux en neuro-imagerie cérébrale ont permis d'établir une « cartographie » cérébrale de la mémoire musicale chez des sujets musiciens et non musiciens. Non seulement les deux hémisphères cérébraux sont impliqués, mais l'hippocampe, qui joue un rôle clé dans la mémoire et produit de nouveaux neurones pendant toute la vie, est stimulée par la musique.

Des résultats spectaculaires en Ehpad

La musique est ainsi de plus en plus utilisée dans les protocoles de soins non-médicamenteux, de la néonatologie aux maladies d’Alzheimer et de Parkinson. Des études ont montré que les jeunes seniors qui commencent une pratique musicale ont un déclin cognitif réduit.

Un atelier de chant proposé à des malades d'Alzheimer résidents de l’institut gérontologique « Les pervenches », à Biéville-Beuville (Manche), a produit des résultats inespérés. Bien qu'atteints de troubles sévères de la mémoire, les résidents ont été capables de retenir de nouvelles chansons, et de s'en souvenir pour certains même après un arrêt de plus de quatre mois.

A l'Abbaye de La Prée, dans l'Indre, des malades accueillis en séjour thérapeutique ont vu leur état s'améliorer spectaculairement avec une pratique régulière du chant et du tango, animée par des artistes, également en résidence.

« J'ai vu se transformer les gens qui étaient là », a témoigné la réalisatrice Anne Bramard-Blagny, auteur d'un documentaire de 44 minutes, « La mélodie d'Alzheimer ».  On peut y voir un patient qui ne marchait qu'avec un déambulatoire se lever pour danser avec la danseuse de tango argentin Carolina Udoviko. Les malades se lèvent avec empressement pour aller chanter et danser.

Comme un médicament ?

« La musique et le mouvement aident ces patients à maintenir leur équilibre et leur motricité », a commenté France Mourey, spécialiste des effets du vieillissement sur la motricité.

Même s’il demeure difficile de savoir si l'amélioration de l'état des patients est due à l'impact de la musique ou à une ambiance générale de mieux-être, à l'intérêt retrouvé pour la vie, à la convivialité de la danse.

 

 

Voir aussi

« Chantons à tout âge » dans les établissements, une démarche d’ouverture

La musique classique pour adoucir l’hospitalisation

Musique sur ordonnance