Aller au contenu
Accompagnement

Face à une situation de maltraitance, le réflexe du 3977

le 15 juin 2015
Personne âgée en souffrance 3977. Tels sont les quatre chiffres qui composent le numéro de la plate-forme « maltraitance personnes âgées et personnes handicapées ». Zoom sur quelques chiffres clés du numéro national d'écoute en cette journée mondiale de lutte contre la maltraitance des personnes âgées.

Destiné aux personnes victimes de maltraitance mais aussi à toute personne témoin d’une situation déviante, destiné aussi aux aidants qui rencontre des difficultés dans la relation avec l’aidé, le 3977 est ouvert de 9 heures à 19 heures, du lundi au vendredi.

Depuis la création du dispositif, en 2008, la Fédération 3977 contre la maltraitance a recensé plus de 150 000 appels qui ont donné lieu à plus de 97 000 actions de suivi pour près de 26 000 situations estimées comme relevant de la maltraitance.

A 83 % des particuliers selon les chiffres de 2013, les appelants sont majoritairement des proches aidants. Les victimes concentrent néanmoins 20 % des appels. 81,5 % sont des personnes âgées, 18,5 % des personnes handicapées.

Des maltraitances surtout psychologiques

Selon le lieu de résidence de la victime, les types de maltraitance varient. En établissement comme à domicile, ce sont les signalements de violences psychologiques qui prédominent. A domicile, les écoutants ont recensé de nombreux appels concernant des maltraitances financières.

Une ou des formes de maltraitance ?

Il faut rappeler ici que plusieurs types de maltraitances peuvent être distinguées : psychologiques (dévalorisation, culpabilisation, etc.) ; physiques (coups, etc.) ; financières (vols, procurations abusives, etc.); médicales (excès ou privation de médicaments, etc.) ; civiques (mises sous tutelle abusives, etc.).

Par ailleurs, il convient de distinguer :

  • les maltraitances par inadvertance, négligences passives sans intention de nuire ;
  • les maltraitances intentionnelles, négligences actives avec intention de nuire.

La promotion de la bientraitance

Les services d’aide à domicile et les Ehpad s’organisent – via notamment des échanges entre collègues ou des formations professionnelles – pour proposer un accompagnement bientraitant aux personnes âgées.