Aller au contenu
Offre de soins

Evaluation des fragilités de la personne âgée : une structure pionnière efficace

le 13 mars 2014
[Maisons-de-retraite.fr] - Mis en place en octobre 2011 par le gérontopôle du CHU de Toulouse, le premier hôpital de jour d'évaluation des fragilités et de prévention de la dépendance se révèle un moyen efficace pour repérer, conseiller et orienter les personnes âgées fragiles. Une initiative qui devrait essaimer en France.

Localisée à l’hôpital La Grave à Toulouse, cette structure a pour objectif principal de retarder le processus d’entrée dans la dépendance des personnes âgées fragiles.

Comment fonctionne-t-elle ?

Si le médecin traitant repère des signes de fragilité chez son patient, il peut l’orienter vers l’« hôpital de jour d’évaluation des fragilités et de prévention de la dépendance »avec une prescription médicale. Ces signes de fragilité, pour une personne autonome de 65 ans ou plus, sont une perte de poids involontaire au cours des derniers mois, une fatigue accrue, des difficultés nouvelles à se déplacer, des pertes de mémoire, ou une vitesse de marche ralentie.  

Le bilan proposé par l’hôpital de jour repose sur une évaluation gériatrique multidimensionnelle par une équipe pluridisciplinaire (des psychologues, kinésithérapeutes, diététiciens…). Cette évaluation permet de confirmer le diagnostic de « fragilité », d’en définir les principaux éléments, puis d’élaborer un plan d’intervention personnalisé de soins. Le médecin généraliste traitant est le coordonnateur de l’application des recommandations proposées dans le plan d’intervention.

Un bilan positif

Parue dans The Journal of Nutrition, Health & Aging, une étude porte sur les 1 108 patients adressés à l'hôpital entre octobre 2011 et le 9 décembre 2013 pour une évaluation multidisciplinaire.

Le repérage effectué en amont par le médecin traitant était "vraiment efficace" puisque 93,6% d'entre aux étaient soit fragiles (54,5%), soit pré-fragiles (39,1%). Dans cette population, majoritairement féminine (61,9%) et âgée de 82,9 ans en moyenne, 32,6% avaient une perte de poids involontaire récente, 32,6% un sentiment d'épuisement, 66,6% une force musculaire diminuée, 51,4% une vitesse de marche lente et 60,7% étaient sédentaires. Une démence a été observée chez 14,1% des patients examinés et un déclin cognitif léger (ou MCI) chez 51,1% d’entre eux.

Suite au bilan à l’hôpital de jour, un rendez-vous avec un spécialiste (dentiste, ophtalmologiste, urologue, médecin ORL) a été recommandé à 48,3% des patients, des changements thérapeutiques à 32,8%, des recommandations nutritionnelles ont été formulées à 61,8% et des recommandations d'activité physique à 56,7%. Une partie des patients a alors intégré le réseau de prise en charge du gérontopôle de Toulouse. L’objectif principal étant le maintien à domicile avec une surveillance adaptée du médecin généraliste.

Ces résultats confirment l'importance de repérer et de prendre en charge la fragilité chez les personnes âgées dans le but de prévenir la perte d'autonomie. Selon le Pr Bruno Vellas, directeur du gérontopôle, des interventions combinées - exercice physique, bonne alimentation, stimulations cognitives et traitement pharmacologique - améliorent les symptômes de fragilité et les fonctions cognitives.

 

Consultez nos dossiers sur La santé des séniors

 

Lire aussi :

Quatre axes de travail dans la mission confiée au Gérontopôle de Toulouse

Personnes âgées : un peu plus de 600 millions annuels pour le maintien à domicile