Aller au contenu
Aidants

Alzheimer : plus de 5 000 aidants ont fait appel aux plateformes d'accompagnement et de répit en 2012

le 10 février 2014
[Maisons-de-retraite.fr] - Instaurées par le plan Alzheimer 2008-2012, ces plateformes ont permis en 2012 à quelque 5 145 aidants de souffler un peu. Le répit à domicile reste à développer.

Les premières plateformes d'accompagnement et de répit ont ouvert en 2009 mais la plupart se sont développées sur le territoire national en 2012.  Adossées à des accueils de jour, « elles orientent les personnes en perte d’autonomie et leurs aidants vers différentes solutions de répit (répit à domicile, activités culturelles, physiques ou artistiques, séjours vacances, accueil de jour, ateliers de réhabilitation, stimulation sensorielle...) », rappelle la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA), qui a mené une première enquête sur leur activité. Environ 150 plateformes doivent à terme être développées sur l’ensemble du territoire français.

Proches de malades d’Alzheimer

Parmi les 87 structures qui ont répondu à l'enquête, 57 ont eu une activité en 2012. L'enquête montre qu'en 2012, 5 145 aidants se sont adressés à 39 plateformes de répit. Ces personnes sont en grande majorité des proches d’un malade d'Alzheimer (93%), le plus souvent un conjoint (47%) ou un enfant (44%).

Ces aidants ont été orientés vers ces plateformes par divers acteurs : les centres locaux d’information et de coordination gérontologiques (CLIC), les accueils de jour, les services de soins infirmiers à domicile, les équipes sociales et médico-sociales des conseils généraux et des centres communaux d’action sociale, ou encore les professionnels de santé.

Des prestations encore incomplètes

Les plateformes d’accompagnement et de répit sont tenues de proposer trois types d’activités, conformément au cahier des charges du 30 juin 2011 :

∙ des activités d’écoute et de soutien des aidants (permanence téléphonique, rencontres individuelles ou groupes de parole) ;

∙ des activités pour les « couples aidants-aidés » favorisant le maintien de la vie sociale (voyages, sorties…) ;

∙ des activités de répit à domicile  (un professionnel se rend au domicile de l’aidant une journée ou une demi-journée pour lui permettre de s’absenter).

En 2012, 4793 aidants ont bénéficié d’au moins une de ces prestations. L'écoute et le soutien, et bien souvent la formation ou l'information de l'aidant, sont effectivement proposées dans la majorité des structures. 
En revanche, le développement d’autres formes de répit se heurte à « des difficultés d'accès géographiques ou financières des aidants », selon la CNSA. Il s'agit de l'offre d'hébergement temporaire, d'hébergement d'urgence, de répit à domicile, de répit de nuit, d'accueil de jour et de halte-relai.

50 nouvelles MAIA en 2014

Par ailleurs, le déploiement des Maisons pour l'autonomie et l'intégration des malades d'Alzheimer (MAIA) va se poursuivre en 2014, avec le financement de 50 nouveaux dispositifs par la CNSA (circulaire du 15 janvier).

En plus des 202 MAIA déjà déployées sur le territoire national, la région Île-de-France va être dotée de 7 nouvelles structures, tandis que la Bretagne, le Languedoc-Roussillon, la Provence-Alpes-Côte-d'Azur et la région Rhône-Alpes vont pouvoir installer 4 nouvelles structures. 

Annuaire national

La Fondation Médéric Alzheimer propose un annuaire national des MAIA, plateformes d’accompagnement et de répit et autres dispositifs d’aide et de prise en charge.

 

Consultez notre dossier sur la maladie d’Alzheimer

Voir aussi

Parcours des aidants : une étude est lancée pour 10 ans en Bourgogne et Franche-Comté

Alzheimer: un accès "plus souple" aux structures de répit

France Alzheimer sort un guide dématérialisé pour les aidants familiaux

Les séjours de répit pour les aidants tendent à se développer